le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse...
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Oct - 12:39 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

... cela nous promet de beaux appareils (et matière à débat théorique !)

http://www.fanwing.com/news.htm 

http://www.youtube.com/watch?v=Zc2RSuW1Mbw


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Oct - 12:39 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gérard BEAUDOIN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Oct - 23:23 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Del Castillo tu m'as fait découvrir un appareil bien original merci, je connaissais le voilier du commandant Cousteau à voile rotative qui équipaient l'Acylone mais là je suis surpris par ce type de machine volante.
Je suis sur qu'il y aura encore dans le futur des découvertes et des innovations, là où pourtant on pensait avoir tout inventé et tout innové.
Par contre question phugoïde ça a l'air plutôt divergeant Mr. Green

Gyroscopiques salutations
Gérard


Revenir en haut
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 2 Oct - 23:43 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Une version ULM serait annoncée pour OSHKOSH 2013. Mais les promesses sont parfois difficiles à tenir en aéronautique.

A très bientôt à Nice...

Amitiés
Jean-Marc


Revenir en haut
Gyrophile


Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2012
Messages: 84

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 03:46 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Ca l'air sympa. Je suppose que la puissance nécessaire à poids et perfos similaires doit être intermédiaire entre l'avion (voilure fixe) et l'hélico (voilure entièrement mobile), à condition que le carter du fan porte un peu. Qu'en est-il de la traînée de la partie avançante du fan, suffisament carénée?

Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 07:27 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Del Castillo a écrit:
Une version ULM serait annoncée pour OSHKOSH 2013. Mais les promesses sont parfois difficiles à tenir en aéronautique.

A très bientôt à Nice...

Amitiés
Jean-Marc




Vous voulez dire que sur la vidéo c'est la version "coupe canadienne" ?


Sait-on la supériorité ou non par rapport à l'aile "soufflée" (Bréguet 941 "intégral") ?
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Xavier AVERSO


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2009
Messages: 747
Localisation: Toulouse
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 07:57 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

...et si le moteur s'arrête ?

Xavier


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 3 Oct - 08:14 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Sur la vidéo, ce n'est encore qu'un modèle réduit. Quand j'écrivais ULM, c'était au sens "léger et expérimental" car à en croire les masses annoncées, l'appareil serait encore un peu au delà des normes européennes sur le sujet.

A en croire le wikipedia britannique, qui nomme cet aéronef "cyclogyro", il semble que l'atterrissage en autorotation soit possible et prévu avec une finesse aux alentours de 3. Comme l'autogire (à prélanceur), le décollage et l'atterissage sont très courts, et l'appareil serait en mesure de tenir un vol très lent.


Revenir en haut
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 3 Oct - 08:29 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Un extrait des conseils de pilotage sur le simulateur X-Plane dans lequel l'aéronef a été modélisé (avec probablement beaucoup d'approximations !)

- Pour décoller, relâchez le frein et amener la manette des gaz jusqu'à environ 70%. Lorsque la vitesse atteint environ 12 noeuds, décollez en ajoutant un incrément de puissance, et non par un changement d'assiette. Après le décollage, pousser sur le manche pour gagner un peu de vitesse (Super, ils font un palier !), et compensez en rajoutant encore un peu de puissance.

- L'utilisation de la manette des gaz influe directement sur l'assiette et est la clé de pilotage de l'appareil. Lorsque vous augmentez la puissance, le nez de l'appareil monte. Une augmentation des gaz fait également ralentir l'appareil et vice-versa. Les variations rapides de puissance ont dont un effet brutal sur le comportement. La vitesse se contrôle par l'assiette, et non la puissance. Cependant, des changements d'assiette doivent être accompagnés d'un ajustement de puissance pour compenser la variation de portance (sauf si vous êtes en montée ou en descente).


Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 08:39 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Del Castillo a écrit:
- Pour décoller, relâchez le frein et amener la manette des gaz jusqu'à environ 70%. Lorsque la vitesse atteint environ 12 noeuds, décollez en ajoutant un incrément de puissance, et non par un changement d'assiette. Après le décollage, pousser sur le manche pour gagner un peu de vitesse (Super, ils font un palier !), et compensez en rajoutant encore un peu de puissance.


Donc le palier... après le décollage (et non pendant)... c'est à dire au dessus de 10 m (15 chez nous) ?

C'est bizarre la puissance de cette norme FAR que tous les constructeurs cherchent à satisfaire...
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Arnaud


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2009
Messages: 290
Localisation: Tarbes
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 08:41 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

sur la video, le "short take-off" est plutôt scabreux Shocked , avec un couple piqueur très important au décollage, avant que la vitesse air ne devienne suffisante pour alimenter les gouvernes...
_________________
I don't drive fast, I just fly low


Revenir en haut
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 3 Oct - 08:48 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

gma a écrit:
Del Castillo a écrit:
- Pour décoller, relâchez le frein et amener la manette des gaz jusqu'à environ 70%. Lorsque la vitesse atteint environ 12 noeuds, décollez en ajoutant un incrément de puissance, et non par un changement d'assiette. Après le décollage, pousser sur le manche pour gagner un peu de vitesse (Super, ils font un palier !), et compensez en rajoutant encore un peu de puissance.


Donc le palier... après le décollage (et non pendant)... c'est à dire au dessus de 10 m (15 chez nous) ?

C'est bizarre la puissance de cette norme FAR que tous les constructeurs cherchent à satisfaire...

Quel sens aurait un palier à 10m ou 15m ? Shocked

Tel que le texte original est écrit, le "take-off" semble désigner ce que nous appelons la rotation.  Il ne semble pas question d'une hauteur administrative de sortie de la phase de décollage mais bien du décollage des roues du sol. Donc le palier se ferait après le décollage des roues du sol (avant, ce n'est pas un palier, c'est du roulage !) pendant la "phase de décollage".
Tu bosses aussi à la DGAC  ? Very Happy  (Private Joke, désolé, certains comprendront) 


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 09:04 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

ils ont bien fait de faire un modele reduit et une video pour demontrer a quel point ca vole bien ,
rien a voir avec un helico , electrique de surcroit



Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 10:07 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Del Castillo a écrit:
Quel sens aurait un palier à 10m ou 15m ? Shocked Tel que le texte original est écrit, le "take-off" semble désigner ce que nous appelons la rotation.  Il ne semble pas question d'une hauteur administrative de sortie de la phase de décollage mais bien du décollage des roues du sol. Donc le palier se ferait après le décollage des roues du sol (avant, ce n'est pas un palier, c'est du roulage !) pendant la "phase de décollage".
Tu bosses aussi à la DGAC  ? Very Happy  (Private Joke, désolé, certains comprendront) 




Dans l'esprit, la norme fur rédigé pour que l'aéronef présente des qualités sustentatrices fiables coté voilure (et non une débauche de puissance), signe aux yeux des créateurs d'un minimum de sécurité d'exploitation par la suite.
Et qui peut le plus, peut le moins, c'est pourquoi la norme demande d'abord de sortir de "l'effet de sol" et de franchir un obstacle. Après, vous pouvez voler droit si le coeur vous en dit, le contrat est remplie.

Voilà le sens d'un palier HES, démontrer que la portance de votre aile (rotor) est fiable pour P, t° et V envisagés... Que si W=0 à n'importe quel moment, vous pourrez agir en toute sécurité.

Si cette machine ne peut pas satisfaire ce minimum, elle ne sera donc pas CdN au sens actuel du terme (mais pourquoi pas ULM).

A la DGAC, on ne bosse pas sur les normes, on vérifie juste que l'aéronefs qui y est soumis est encore approuvé pour satisfaire la norme auquel il est soumis (situation V).

Le "take-off" chez eux désigne le "décollage" chez nous, il prend fin après le passage des 35 ft (10,50 m) ou 15 m chez nous.

A moins de 15 m, soit vous êtes en procédure de décollage (il y a une piste en dessous), soit vous êtes un fou (c'est un libre choix non imposé). Au delà, vous êtes en vol.

Je ne bosse pas à la DGAC.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 3 Oct - 12:12 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Oui, on voit que tu ne bosses pas à la DGAC, car tu en affiches un peu radicalementune vision très partielle. Bien sûr, des acteurs de la DGAC participent à diverses activités de normalisation (pas toutes !) ou d'élaboration de standards, avant de les adopter et de les mettre en oeuvre ou s'assurer de leur mise en oeuvre.

Quoi qu'il en soit, là il est bien question bien de pilotage machine dans la phase de décollage, et de palier pendant la phase de décollage, et pas une fois que l'on est est sorti, iln n'y a que toi qui parle de "La norme", ces constructeurs / expérimentateurs n'affichent pas la volonté d'adhérer ou d'approuver une norme quelconque, ils cherchent à faire quelque chose de différent, qui décolle et pose court. Dire à quoi cela peut servir et dans quel cas cela peut présenter un intéret par rapport aux autres aéronefs est une autre histoire. Au tout début de l'hélicoptère, peu de monde y a attaché de l'intérêt... et pourtant...


Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 12:47 (2012)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse... Répondre en citant

Del Castillo a écrit:
Oui, on voit que tu ne bosses pas à la DGAC, car tu en affiches un peu radicalementune vision très partielle. Bien sûr, des acteurs de la DGAC participent à diverses activités de normalisation (pas toutes !) ou d'élaboration de standards, avant de les adopter et de les mettre en oeuvre ou s'assurer de leur mise en oeuvre. Quoi qu'il en soit, là il est bien question bien de pilotage machine dans la phase de décollage, et de palier pendant la phase de décollage, et pas une fois que l'on est est sorti, iln n'y a que toi qui parle de "La norme", ces constructeurs / expérimentateurs n'affichent pas la volonté d'adhérer ou d'approuver une norme quelconque, ils cherchent à faire quelque chose de différent, qui décolle et pose court. Dire à quoi cela peut servir et dans quel cas cela peut présenter un intéret par rapport aux autres aéronefs est une autre histoire. Au tout début de l'hélicoptère, peu de monde y a attaché de l'intérêt... et pourtant...




Non ce n'est malheureusement pas une vision partielle, et je le regrette, car il se trouve que nos administrations nationales n'ont plus suffisamment d'argent pour faire ce que les hommes qui y travaillent pourraient faire.Je ferais d'ailleurs remarquer que la norme aujourd'hui c'est FAR (EAA) ou JAR (EASA)... et plus Air (AFNor)... Preuve donc que sur ce terrain le système Français n'a pas emporté des valeurs de référence... Et ce n'est pas de la faute des hommes de la DGAC...
Et le moteur d'une normalisation moderne, la preuve est donnée par le système FAR, c'est les constructeurs eux-mêmes. En effet, je peux vous assurez que le patron de Boeing tient plus que n'importe quel fonctionnaire de l'administration fédérale à ce que le nom de son aéronef ne figure pas dans la presse en chronique "faits divers" et rubrique "nécrologie". Et chez eux, pour faire évoluer la norme, il y a des "rapporteurs" agissant auprès de l'EAA et sur demande des constructeurs.

Nous discutons effectivement sur une machine expérimentale, il n'est donc pas question de lui demander de faire selon une norme. Par contre, pour l'assurance d'un avenir commercial radieux, il faudrait peut-être s'inquiéter de ses capacités à répondre aux critères d'UNE norme (pas forcément celle des CdN).

Ou alors je me trompe.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:51 (2017)    Sujet du message: Quand un autogire tombe amoureux d'une moissonneuse...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com