le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'autogire, un appareil instable ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 7 Oct - 21:41 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

Anecdote du week-end.
Ma compagne est la pilote attitrée du giro que je suis occasionnellement autorisé à piloter (je vous donnerai l'adresse pour m'envoyer les kleenex Sad ) et comme nous décidons ce week-end de faire entrainement au pilotage en place arrière, je suis autorisé à monter en place avant. Pas question de jouer les apprentis sorciers dans les situations délicates sans avoir travaillé au préalable avec un instructeur, donc je décolle la machine depuis la place avant, entame un 180 degrés à 300ft en montée à 110 pour prendre la route qui nous convient, pendant que je fais la radio avec Le Luc,. Une fois le virage presque terminé, machine trimée en montée, régime ajusté,  je lance un "C'est bon, c'est toi qui pilotes maintenant" à ma compagne qui me répond quelque chose de pas complètement intelligible dans l'intercom car surchargé par la communication d'un appareil en transit. Bref, je me détends, commence à regarder le paysage, en montée à 110 au milieu de quelques petites turbulences thermiques bien caractéristiques de début d'après-midi, que la machine traverse tranquillement. Ah tiens, celle là à droite était pas mal, en planeur, on aurait pu déjà enrouler. Nous sommes à 1200 pieds. Bon nous avons une bonne demi-heure de vol, je vais en profiter pour me familiariser avec la manipulation en vol du GPS. Je jette un coup d'oeil en bas, nous sommes sur la route mais légèrement inclinés à gauche. Bonne initiative que de contourner le village. Nous continuons à monter, en nous écartant du village qui maintenant est hors de la trajectoire. Intérieurement je me dis, c'est bon, là, on est asse loin pour ne pas faire trop de bruit, on pourrait reprendre la route... Mais ce n'est pas moi qui pilote, donc, je garde mes commentaires pour moi, c'est désagréable que quelqu'un vous dise ce que vous avez à faire. Un peu moins d'une minute après, j'entends dans l'Intercom "Tu vas où, là ?". Je réponds, "J'en sais rien, c'est toi qui pilotes !".... Et la réponse ne se fait pas attendre "Moi ? Non ! Je n'ai même pas les pieds sur les palonniers...", ce à quoi je réponds, "Ben moi non plus..."
J'aime bien cette machine !!!


Finalement, lorsqu'un futur pilote me voyant ranger un livre de poche dans le mini-coffre sous mon siège avant un trajet de 2 heures (seul à bord!) s'est étonné et m'a demandé "Tu vas lirel ?" (ce que son instructeur et moi avons évidemment confirmé), il n'était pas complètement dans l'erreur, c'est possible (mais nous ne saurions le conseiller !)

J'ai fait le retour en place arrière. Au passage, cela m'a permis un autre retour d'expérience.
Venant du monde de l'aviation certifiée avant l'ULM, je n'aime pas trop le désordre qui règne sur les tableaux de bord, avec des instruments placés n'importe où, en tout cas rarement organisés selon la classique disposition "Badin, Horizon, Alti et en dessous Bille-aiguille, conservateur, vario). Je m'étais promis de refaire un jour l'organisation de ce tableau de bord jugé "bordélique" avec le compte-tour rotor en haut à gauche, le badin en haut à droite, l'alti à droite en dessous... En pilotant depuis la place arrière, j'ai loué celui qui avant réparti les instruments essentiels sur la couronne extérieure du tableau de bord, ce qui me permettait sans trop de contorsion de surveiller le régime moteur et rotor, le badin et l'alti.

C'est évident une fois qu'on a testé... mais je n'y avais pas pensé, regardant ce tableau avec un prisme importé d'expériences différentes ! Bref si vous faites un biplace en tandem, ou si vous décidez d'une implantation de tableau pour une future machine, pensez que vous pourrez peut être être amenés à piloter en place arrière...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 7 Oct - 21:41 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
remi


Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 368
Localisation: 54
Masculin

MessagePosté le: Dim 7 Oct - 23:24 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

"à piloter en place arrière"   ou pas.
J'adore!! merci Del Castillo pour ce retour d'expérience ,petit moment anecdotique.


Revenir en haut
Gérard BEAUDOIN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 7 Oct - 23:52 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

Bien ta petite anecdote, j'adore, mais il n'est peut être pas inutile de poser la question: en cas de pépin, de rapprochement avec un trafic, ou autre évènement, qui aurait fait quoi ? De précieuses secondes auraient été perdues avant qu'une décision soit prise.
Si on est pas absolument certain que le message a bien était entendu,(dans un tandem) quand on passe les commandes le passager avant lève les bras bien visiblement, ou le passager arrière tape sur les épaules du passager avant pour confirmer.
Pour ce qui est de la visibilité du tableau de bord de la place arrière, imagines que tu as Pascal Podo en place avant avec son blouson bien gonflé par le vent Shocked et tu apprécieras encore plus la disposition des instruments.

Cordialement
Gérard


Dernière édition par Gérard BEAUDOIN le Lun 8 Oct - 16:09 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Oct - 07:16 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

Excellente remarque Gérard, le passage de témoin n'a pas été correctement effectué et nous étions en situation potentiellement à risque. C'est également vrai quand deux pilotes se disputent les commandes, en voici un autre exemple. Décollage en planeur en double pour apprendre le vol d'onde, qui a la particularité d'être possible par fort vent, ce qui entraine dans une région accidentée Fayence un régime sous-ondulatoire extrêmement turbulent dans lequel "un rotor peut en cacher un autre". Pas de chance, c'est le Rallye qui vient nous remorquer (usuellement par fort vent c'est le Pawnee qui est seul à la tâche). Roulage, je décolle et me cale à un mètre sol le temps que le Rallye en fasse de même, ce qu'il fait quelques secondes après, nous quittons l'effet de sol et cela devient déjà très sportif de rester à peu près en bonne position, avec les ailes à peu près à plat. Arrivé au seuil de piste opposé, une grosse turbulence me met en position haute, ce qui pour les non vélivoles signifie que le planeur est trop haut derrière le remorqueur, lui soulève l'arrière, lui induisant une assiette à piquer (plein gaz par ailleurs) difficile à contrer par le pilote du remorqueur. En l'absence de réaction du planeur, c'est l'ensemble de l'attelage qui descend rapidement au sol. Nous sommes à environ 30 mètres sol, je réagis donc vivement avec un manche avant brutal (trop, sans doute) pour remettre le planeur à la bonne place. La machine répond et pique mais une seconde après elle reprend brusquement une assiette à cabrer. Qu'auriez fait à ma place ? J'ai remis la deuxième couche, avec l'adage "c'est pas la machine qui décide c'est moi" et j'ai à nouveau donné du manche à piquer avec davantage de vigueur, et là curieusement le manche a eu une résistance inhabituelle qui a dévié mon geste vers la droite, et nous nous sommes retrouvés assiette à piquer en virage à droite, pendant que le remorqueur entamait son virage en montée à gauche. Largage par l'instructeur qui m'a dit "Je prends", bref silence à 35/40m, face aux arbres et habitations, j'ai eu juste de le temps de dire "Bon, on est pas dans la m... maintenant" (les deux vraies secondes de prise de décision) et il a immédiatement entamé un virage à 180 degrés moyennement incliné qui nous a permis de rejoindre la planète sur la piste avec un contact parallèle au sol (il n'y avait guère de marge)
Que s'était-il passé ? Lors de ma premièr action à piquer probablement surpilotée, c'est lui qui a tiré sur le manche, et occasionné la réaction que j'avais interprétée comme une seconde turbulence qui allait nous repasser en position haute. Et lorsque j'ai contré, j'ai rencontré sa résistance qui a dévié le manche. Simplement, dans l'action, il n'avait pas signalé qu'il était en train d'agir, et je ne l'ai pas compris. En côte à côte, on voit son instructeur agir en telle situation, pas en tandem. Là aussi pour les instructeurs, c'est une leçon.
Ceci étant, j'ai félicité ce jeune instructeur pour la rapidité et la qualité de sa gestion d'une "panne au décollage" ! Par chance nous avions choisi un bon vieil ASK13, pas très fin mais très tolérant.


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Oct - 07:51 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

annulé

Dernière édition par girodreamer le Mer 20 Fév - 09:05 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Claude Nowak


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2009
Messages: 1 488
Localisation: Bretagne
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 8 Oct - 08:31 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

Une autre dans le même genre.
J accompagne un de mes amis a St Etienne pour acheter un avion Piel Diamant.
Le vendeur et l acheteur partent essayer l avion et se reposent quelques 20 mn plus tard.
A la descente de l avion, ils sont tous les 2 blêmes et ont le visage un peu renfrogné.
A ma question: quelque chose ne va pas? Réponse: on a failli se tuer!
Explication: le vendeur a donner le manche a l acheteur qui l a gardé pour faire ses essais.
Au retour, le vendeur a redonné le manche au vendeur et après quelques instants, l avion est descendu sous forte pente.
L acheteur a pensé a ce moment la que le vendeur lui faisait une démonstration, mais arrivant a grande vitesse vers la planète, qui leur tendait les bras pour un dernier bisous, les 2 pilotes ont tirés sur le manche et ont redressé l appareil de justesse.
Vous l aurez compris, le message etait mal passé entre eux et personne ne pilotait l avion.
Alors, méfiance quand on donne le manche.
Claude


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Oct - 08:47 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

annulé

Dernière édition par girodreamer le Mer 20 Fév - 09:05 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Del Castillo
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Oct - 08:51 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

Dans le même état d'esprit, avec beaucoup d'humour :



Revenir en haut
remi


Hors ligne

Inscrit le: 07 Sep 2011
Messages: 368
Localisation: 54
Masculin

MessagePosté le: Lun 8 Oct - 22:06 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

C'est le grand probleme du siecle , il y a de plus en plus de moyens de communication ,portables,internet... et les gens communiquent de moins en moins.Un simple bonjour dans la rue est souvent sans réponse. Lorsque j'appelle une personne au bureau pour lui donner une simple information j'ai une mise en attente de plusieurs minutes apres avoir 3 voir 4 interlocuteurs avec attente entre chaque protagoniste.Ils sont tous dans un open space donc à 2 m l'un de l'autre.
Dans le cas du vol,quand on donne le manche il faut se mettre d'accord avant et meme si besoin mettre en place un code gestuel comme les plongeurs.


Revenir en haut
Bobcat


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2008
Messages: 2 379
Localisation: Thailande
Masculin Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq

MessagePosté le: Mar 9 Oct - 02:31 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

Merci Del Castillo pour tes retour d'expérience.  J'ai connu la même chose  en hélico, avec un instructeur qui avait la manie de prendre les commandes quelques secondes sans rien dire, juste pour voir un truc ou autre. Un jour, pendant ma préparation pour le stage instructeur,  on sortait dune série d'approches en montagne, il prend les commandes  as usual sans rien dire et vire à gauche. Moi, crevé par la séance, je lâche le manche et je regarde le paysage à droite,  et d'un coup, je me retrouve les pieds en direction du ciel en montée verticale en me disant : " la vache, il fait fort quand même l'instructeur !"
Je tourne la tête vers lui et je le vois qui me regarde avec incompréhension : lui non plus n'as pas les commandes....et l'Hélico part sur le cul tout seul.....quasiment dos. Mr. Green

Depuis, je suis devenu moi aussi instructeur et systématiquement et COMME C'EST Prévu PAR LES PROCÉDURES..... J'annonce toujours : "Je prends les commandes" ou "TU as les commandes" et je mets bien les mains en évidence pour que mon élève les voient et qu'il n'y ai aucune ambiguïté....

@ Rémi : tu as entièrement raison sur la communication et je compléterai en disant : en plus, les gens ne t"écoutent pas.  IL y a peu, je suis venu passer quelques jours en France. Je vais dans mon agence bancaire ( comme une fois tous les ans ou tous les 2 ans...) J'exprime mon souhait de faire un retrait, je donne mon passeport et mon numéro de compte.
La caissière me dit :
 "vous avez votre chéquier ,"
 Non madame, je n'ai pas de chéquier, c'est un compte épargne et  de plus je réside en Thaïlande.
Bien Monsieur, d'accord....elle continue la procédure en pianotant sur  son ordinateur et me redemande au bout de 30 secondes : "vous avez votre chéquier ?
La, je ne réponds pas...
elle insiste  pour  la troisième fois : Monsieur, j'ai besoin de votre chéquier ( je ne vois pas pourquoi d'ailleurs...)
La, gentiment,  je me met à lui dire que si elle avait bien voulu écouter ma première réponse, elle aurait entendu clairement que s'agissant d'un compte épargne, je n'avais pas de chéquier et que je ne suis pas un perroquet pour répéter la même chose à chaque fois qu'elle va poser la même question...

"Oh la la , vous êtes pas sympa ! Bannir
 
_________________
Pil/Ins pro/privé hélico, environ 6000 heures de vol sous voilures tournantes ( je ne marque pas mes heures sur ULM). Vole sur Paramoteur, Hélico et autogire....


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 11 Oct - 21:27 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

annulé

Dernière édition par girodreamer le Mer 20 Fév - 09:05 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Bobcat


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2008
Messages: 2 379
Localisation: Thailande
Masculin Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 01:12 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

C'est exactement ce qui existe depuis que l'on a inventé le biplace....
Tu as les commandes  ? J'ai les commandes !
Je prends les commandes  ! Tu as les commandes.... Okay
_________________
Pil/Ins pro/privé hélico, environ 6000 heures de vol sous voilures tournantes ( je ne marque pas mes heures sur ULM). Vole sur Paramoteur, Hélico et autogire....


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 12 Oct - 06:48 (2012)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ? Répondre en citant

annulé

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:43 (2017)    Sujet du message: L'autogire, un appareil instable ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com