le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Stabilité des autogires à haute vitesse
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gérard BEAUDOIN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 15 Fév - 18:11 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour à tous
Votre soucis sur la stabilité d'un autogire lors d'une panne survenue à grande vitesse, m'amène à une reflexion: que fait un pilote d'hélicoptère monomoteur si il subit une panne moteur intantanée à grande vitesse, faut'il considérer que pendant un bref instant le rotor est soufflé par dessus?
Gyroscopique salutations
Gérard


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 15 Fév - 18:11 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rotor


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 871
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 16 Fév - 20:20 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Gérard BEAUDOIN a écrit:

que fait un pilote d'hélicoptère monomoteur si il subit une panne moteur intantanée à grande vitesse
Gérard


Bonsoir,

A haute vitesse ou a basse vitesse un pilote d'hélico qui subit une panne moteur fait toujours la même chose :

Il saute de l'hélico malade pour un autogyre en bonne santé Wink

Pour ce faire, il conjugue immédiatement deux gestes,
abaissement du collectif tout en tirant sur le cyclique :

- baisse du collectif = diminution du pas (des pâles rotor) = augmentation des tours rotor = augmentation de la portance...

- tire sur le cyclique (manche) = augmentation facteur de charge = augmentation des tours rotor = augmentation de la portance...

Résultat : augmentation de la portance + augmentation de la portance = que du bonheur ;-), il n'y a plus qu'a choisir son terrain pour se poser, en surveillant les tours rotor, le taux de chute et sa vitesse d'approche tout comme un pilote d'autogyre Wink

Pour "faut'il considérer que pendant un bref instant le rotor est soufflé par dessus?" :
le souffle du dessus est très rapidement annulé par le vent relatif du dessous que crée
Madame attraction terreste Okay

Cordialement
P'tit rotor


Revenir en haut
Guy BOSTBARGE


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 92
Localisation: Montluçon
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 12:04 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour à tous,
Pour compléter les messages précédents concernant le profil 8H12 voici à sa demande les éléments transmis par Jean-Claude.
 


Je complète par d’autres récupérés sur internet, difficile de se faire une idée précise des valeurs à retenir.


Stabilité à haute vitesse.
Difficile aussi de résumer une heure de discussion au téléphone sans conclusions précises. Je crois pour ma part que l’expérience prime ce qui n’empêche pas la réflexion pour ceux qui sont dépourvus comme moi de la dite expérience.
Guy


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
nowak
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 17 Fév - 19:53 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour Guy,
Apres avoir visionné toutes tes courbes, il n'est plus facile de poser une question sur le montage d'une vis de 8 ( humour!!!)
Claude


Revenir en haut
Guy BOSTBARGE


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 92
Localisation: Montluçon
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 22:11 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonsoir Claude,
Si ça peut te rassurer cet après-midi j'ai percé 12 têtes de vis hexagonales M4 avec un forêt de diamètre 1mm.Pour remonter mes gouvernes et freiner les vis avec du fil à freiner de 0,8mm, ça calme.
Cordialement.
Guy






Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 18:23 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour,
En effet, c'est pas simple de s'y retrouver. Toutefois, quelques éléments pourront peut-être donner un peu d'éclairage:
Le dernier graphique sur papier millimétré semble être un  résultat de soufflerie établi avec un nombre de Reynolds de 2,6 (millions ? je ne peux pas lire) et pour 'avla rugosité de surface de la maquette essayée (bois verni?)
Le graphique précédent est établi pour un Reynolds de 300.000. Inutilisable pour nos pales d'autogires qui travaillent entre  15 et 25 million.
Le premier est le résultat JavaFoil pour une surface glacée (lisse) et des Reynolds de 0,5 à 20 millions.
D'où les différences notables.
Jean Claude


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 22:21 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Correction: nos pales travaillent avec un nombre de Reynolds de 1,5 à 2,5 millions

Revenir en haut
Guy BOSTBARGE


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 92
Localisation: Montluçon
Masculin

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 09:41 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour,

Ta correction est nécessaire mais l'ordre de grandeur donné ne concerne que la partie extérieure du rotor.
Comme le nombre de Reynolds est proportionnel à la vitesse il est plus faible au centre du rotor.
Pour un rotor de 8,4 m tournant à 370 tours et une pale de 21 cm de corde qui avance à 100Km/h il varie comme indiqué sur le graphique ci-dessous.
 

 



Le graphique est gradué en Millions donc 0,5 représente 500 000
 

Ceci montre l'intérêt de disposer des différentes polaires entre approximativement 200 000 et 3 000 000 pour le nb de Reynolds. Une fois déterminé la polaire de la zone concernée, il faut disposer de l’incidence du vent relatif pour obtenir les Cx et Cz donc la portance et la trainée de la zone.
 

Cordialement
Guy


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Jeu 19 Fév - 11:03 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour Guy
Tes graphiques sont super. Je considère toutefois les zones à Reynolds inférieurs à 1,5 million sans intérêt: Les portances générées (k. V2) sont négligeables (moins du quart) et les couples de trainée (k. V2. R) encore plus faibles
Amicalement.


Revenir en haut
Guy BOSTBARGE


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2008
Messages: 92
Localisation: Montluçon
Masculin

MessagePosté le: Sam 21 Fév - 10:39 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour,
Pour répondre à Jean-Claude et pour le faire publiquement comme le souhaite au moins Patrick, je pense qu’il faut au contraire étudier tout le rotor et en particulier la zone centrale, sinon il n’y a aucun intérêt à faire ce genre d’étude. Je m’explique :
-          C’est dans la zone centrale(gauche pour un rotor tournant à l’inverse des aiguilles d’une montre vu de dessus) que se situe la zone auto-rotative dont l’équilibre avec la zone freinée par sa trainée va déterminer la vitesse de rotation du rotor.
-          Cette vitesse est déterminante pour assurer le plus de stabilité, l’énergie cinétique du rotor étant proportionnelle à son inertie et au carré de la vitesse angulaire. (augmenter le poids du rotor de 25% n’assure pas plus d’énergie que de monter la vitesse angulaire de 11,8 %)
-          Comme l’inertie en rotation est proportionnelle à la masse mais aussi au carré de la distance de la dite masse par rapport au centre de rotation, il y a pas mal de variables à ajuster pour optimiser un rotor et juger la performance des différents profils et l’optimisation du calage angulaire initial.
Comme un croquis est plus parlant qu’un long discourt je complète avec quelques graphiques.
Vue de dessus la zone auto-rotative en vert et la zone frein en rouge.
 


Cette image 3D donne une idée de la répartition des couples d'auto-rotation ou de freinage.



Sur cette image figurent les nombres de Reynolds et les couples uniquement dans une tranche passant par le centre du rotor et perpendiculaire au vol




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Sam 21 Fév - 19:39 (2009)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse Répondre en citant

Bonjour Guy
J'avais tord alors de négliger les Reynolds inférieurs à 1,5 million: Sans descendre à des valeurs aussi basses que 200.000, je vois néanmoins  sur ton dernier graphique que, pales en travers, 75% du couple auto-rotatif est produit à Reynolds > 800.000. 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:42 (2017)    Sujet du message: Stabilité des autogires à haute vitesse

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com