le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Equilibrage des rotors
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 11:46 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

gma a écrit:
Et la fréquence de l'élastomère proposé sera dans la gamme de ces harmoniques de rappel élastique... C'est quel rang d'après vous ?
Si votre pale est de construction homogène, ça s'arrète là... Soit des harmoniques de rang 5 à 6 environ.

Ouf...Avec le rang 5,5 on l'a échappé belle. Le 13, comme chacun sait, étant un chiffre porte malheur.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Nov - 11:46 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mike G


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2010
Messages: 291
Localisation: Lillebonne
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 12:04 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

JC
Les "orbits" du mat agrandi.



L'échelle est en pouce (so British Okay )
Mike G


Revenir en haut
Mike G


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2010
Messages: 291
Localisation: Lillebonne
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 12:21 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Il y a une erreur  Embarassed dans le texte de les graphiques que JCD à presenté.

Déso
Mike G


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 12:30 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Mike, Je comprends enfin que l'indications 0,13 IPS good" ne concerne que la vitesse de la vibration due au balourd seul (1 /rev) et omet totalement la vitesse de la vibration à 2/rev, qui est ici de
rayon de 0,04 ", soit 75 mm/s ou 2,9 Inchs Par Seconde.


Dernière édition par Jean Claude DEBREYER le Dim 24 Nov - 13:13 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Mike G


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2010
Messages: 291
Localisation: Lillebonne
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 13:13 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

JC
Le 0.13 IPS est à 1X. 
Ces "orbites" et leur présentation créés par l'équilibreur de PB3 sont encore sous forme de prototype. Alors doivent être traités avec une certaine réserve.
Mike G


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 13:20 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Oups, nos messages se sont croisés.

Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 19:29 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
gma a écrit:
Et la fréquence de l'élastomère proposé sera dans la gamme de ces harmoniques de rappel élastique... C'est quel rang d'après vous ?Si votre pale est de construction homogène, ça s'arrète là... Soit des harmoniques de rang 5 à 6 environ.

Ouf...Avec le rang 5,5 on l'a échappé belle. Le 13, comme chacun sait, étant un chiffre porte malheur.

L'équilibrage du rotor va donc dépendre des sciences occultes... Mort de Rire
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Florent


Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2008
Messages: 469
Localisation: 38

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 19:37 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

GMA, au lieu de critiquer ; proposer, montrer ce que vous avez réalisez.

Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 07:23 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Bonjour Florent,

J'ai déjà fais ce parcours dans le monde du rotor qui vibre, j'avais résumé (très) cette expérience dans le sujet de Claude Nowak : Vibration rotor.

Les mots étaient ceux là :

Dans le sujet "amortissement de la tête de rotor", Claude revient sur un sujet qu'il affectionne visiblement, les vibrations.
Par égarement, j'ai évoqué dans un post les vibrations "congénitales" du bipale en balancier que l'on retrouve sur les petits autogires, j'ai vu que le sujet passionne et fait polémique, mais nous étions hors sujet.

Pourtant, la question avait déjà été introduite par le même Claude, donc je réactualise son sujet.

Parler des vibrations du rotor est ardu, cela suppose d'abord que tous le monde évoque la même question et avec le même langage car, comme je le constate dans ce forum, beaucoup exposent des visions différentes d'un même phénomène, avec un langage différent, un point de vue différent, de sorte qu'ils ne convergent pas vers une même conclusion.

Je voudrais pas faire le prof, ce n'est pas mon métier, mais j'aimerais par contre vous raconter ce qui est connu dans ce domaine, de façon que vous puissiez voir ô combien d'autres sont passé sur ce chemin avant et ce qu'ils ont laissé comme traces. J'ai donc trouvé instructif de vous raconter ceci.


Avant de parler de vibration du rotor, parlons de la vibration tout court, de façon succincte.
Dans un objet en mouvement à vitesse constante, toutes les forces s'équilibrent, elles ne subissent aucune variation en intensité, en direction, en sens.
Quand l'une de ces trois grandeur varie, pour une ou plusieurs des forces en présence, l'objet change de trajectoire car il subit une accélération.
Si la variation est unique, l'objet tend vers un nouvel équilibre, un nouvel ordre de stabilité. Quand la variation se produit de façon répétitive, on parle de vibration.

Une force possède une intensité, eh bien au même titre, une vibration possède une "amplitude". Comme la vibration est issue de la variation d'un système de forces, l'amplitude est exprimée relativement aux effets des forces. Quand on ne connaît pas d'origine absolue (pas de 0), on remplace le mot "amplitude" par celui "magnitude".
J'ai écris que la vibration est une variation répétitive d'un équilibre de force. On introduit donc la notion de "fréquence", c'est le mot employé pour définir, par rapport au temps, le cycle de réapparition de la variation.

Quand la vibration a directement pour origine la variation du système de forces, on la nomme "fondamentale". Il en est ainsi car on observe que dès l'arrêt de la variation, la vibration disparaît soit par réduction de son "amplitude", soit par diminution de sa "fréquence".
Quand la vibration n'a pas pour origine directe la variation d'équilibre du système de forces, on dit alors qu'elle est un "harmonique". Une "fondamentale" peut produire un ou plusieurs "harmoniques".

Quand la vibration est parfaitement connue et que l'on identifie une "fondamentale" et plusieurs "harmoniques", il est possible de classer par ordre d'importance les dits "harmoniques". On dit alors qu'elles ont un "rang", et on attribut un numéro (harmonique de rang 1, harmonique de rang 2, etc…).
Tout comme un "fondamental", un "harmonique" possède une "amplitude" et une "fréquence".
Un système en équilibre peut "partir" en vibration sous l'effet d'une ou de plusieurs "fondamentales" (et leurs "harmoniques"), mais un système lui-même ne peut pas produire plusieurs "fondamentales" (mais des "harmoniques" si).

Cette notion de "fondamentale" et "d'harmonique" est très importante. Ainsi, malgré d'importants progrès, l'homme ne sait toujours pas construire un système mécanique qui résiste à plusieurs "fondamentaux", alors que nous construisons chaque jour des dispositifs qui supportent une "fondamentale" et plusieurs "harmoniques".

Je vais imager un peu mes propos, les enfants adorent ce jeu, je vous le conseille jusqu'à un certain point.

Vous disposez sur deux "parpaings" distants une planche "solide". Vous montez au centre de la planche, immobile, bras le long du corps. Le système est stable, vous évoluez à vitesse constante (eh oui !), La planche fléchie un peu, sinon mangez ou écartez les "parpaings" (au choix).
Vous relevez latéralement vos bras puis battez artificiellement des "ailes" avec une fréquence basse et régulière puis une amplitude faible et constante. De ce fait, vous produisez une "fondamentale" (variation artificielle du poids apparent). La planche "vibre" selon une amplitude constante et à une fréquence égale aux battements.
Comme la planche "vibre" et qu'elle n'est pas sans raideur, elle va opposer une variation de résistance à sa variation de flexion. C'est une "harmonique" qu'elle créé, cet harmonique disparaît quand vos battements cessent (fondamentale). La fréquence est celle de vos battements, ont peut dire qu'elle est de rang 1.

Votre enfant vous rejoins sur la planche et, collé à vous, il fait de même et produit une autre "fondamentale" car son poids diffère, ainsi que la fréquence et l'amplitude probablement. Il s'agit bien d'une autre "fondamentale" car indépendante de vous.
Lorsque les "fondamentales" convergent (sous entendu vers 0, généralement battements opposés), l'amplitude de la vibration diminue (mais pas la fréquence). Lorsque les "fondamentales" divergent (généralement battements communs), l'amplitude de la vibration augmente (mais pas la fréquence). Ici j'entends par "vibration" les mouvements de la planche.

Pour ce qui est de la fréquence de vibration de la planche, celle-ci va se maintenir à une valeur située entre votre fréquence propre et celle de votre enfant. Tout cela se calcule, mais là n'est pas le propos.
Bien sûr, la planche va réagir aux deux "fondamentales", bien sûr elle va générer deux "harmoniques", tous deux de rang 1 d'ailleurs, mais avec des fréquences identiques à celles des "fondamentales" originelles. C'est ici le danger. C'est le danger car la planche se met alors à vibrer à une fréquence propre différente à la fois de celles des "fondamentales" et de celles des "harmoniques" de rang 1. Il se trouve donc que, à un certain moment dans l'échelle du temps, les fréquences vont s'accorder. Lorsque cet accord de fréquence arrive, deux situations peuvent se produire.

-Soit "fondamentales" et "harmoniques" convergent, dans ce cas l'amplitude globale de la vibration diminue, ont dit alors qu'il y a "amortissement",

-Soit "fondamentales" et "harmoniques" divergent, dans ce cas l'amplitude globale de la vibration augmente, ont dit alors qu'il y a "résonnance", la résonnance conduit vers la destruction.

Depuis la découverte du phénomène de "résonnance", une règle générale s'impose en mécanique, c'est celle de construire les dispositifs de telle sorte que leur fréquence propre de vibration soit en deçà de toutes les fréquences fondamentales rencontrées par le système. Il existe une seule exception, les instruments de musique à corde dont on règle la fréquence par tension (résonnance accordée).

Par exemple, pour une automobile, on construit le véhicule avec une fréquence propre très basse, inférieure généralement à celle du moteur au ralenti, car il est la source des principales harmoniques. Vous remarquerez alors que votre voiture peut survivre à une "harmonique" assez courante, le balourd d'une roue qui tourne à 1500 tr/min, parce qu'il ne peut y avoir résonnance. Maintenant, par curiosité, descendez le régime de ralenti, vous constaterez la naissance d'une vibration puissante, capable de dessouder intégralement le véhicule.


Et le rotor d'autogire dans tout ça ?

Eh bien c'est un système mécanique en mouvement qui possède une fréquence propre de résonnance, il évolue dans l'espace en présence d'un équilibre de forces à la fois aérodynamiques et de pesanteur.
Les forces de pesanteur varient dans le temps, mais on ne peut pas parler de répétition à proprement dit, donc de vibration.

Les forces aérodynamiques varient elles aussi dans le temps, cette variation peut être répétitive et en phase avec le régime rotor quand celui-ci est en translation. Le rotor est donc soumis à une vibration d'origine aérodynamique lorsqu'il évolue en translation.

Enfin, la translation génère aussi la rotation du rotor (où l'inverse sur hélico), il y a donc mouvement de masse, donc inertie. La rotation peut générer une "harmonique", le "déséquilibre inertiel", de fréquence ω (balourd).

La vibration aérodynamique dépend de deux "fondamentales" pour tous les rotors, ils sont :

- "dissymétrie de portance", de fréquence b.ω, où b est le nombre de pale,
- "dissymétrie de traînée", elle aussi de fréquence b.ω.

L'une et l'autre sont en phase, leur amplitude maximale intervient au même moment, à l'azimut 0 (pale avançante).

La fondamentale "dissymétrie de portance" peut générer deux "harmoniques" :

- "tracking" (écart de portance entre pale), de fréquence ω, donc de rang 1, en phase avec fondamentale,
- "weaving" (écart de torsion entre pale), fréquence variable, donc de rang 2, concordance de phase aléatoire.

La fondamentale "dissymétrie de traînée" peut générer deux harmoniques :

- "précession en balourd", surtout bipale, de fréquence b.ω, déphasage 90°,
- "précession en résonnance" (au sol où en vol), fréquence indéterminée, déphasage variable.

Pour un régime de translation particulier, l'autorotation verticale, tous les rotors peuvent voir les fondamentales disparaître, donc les harmoniques par conséquent. Toutefois, et particulièrement pour le bipale, le sillage du fuselage et des empennages peut générer d'autres "fondamentales", notamment lors du passage des pales à l'aplomb de ces surfaces.
En autorotation verticale, on peut donc parfois constater l'absence de vibration tout en constatant que les pales évoluent dans des plans différents (tracking). De même, les déformations aléatoires en torsion des pales peuvent se stabiliser et générer un vol agréable, exempt de vibrations.

La fondamentale "dissymétrie de portance", compte tenu de l'écart de vitesse entre pale avançante et pale reculante, est une variation de grande amplitude, agissant de bas en haut, de fréquence b.ω. C'est elle qui motive l'adoption d'un ou de plusieurs axes de battement verticaux sur les moyeux de rotor. Outre leur utilité dans l'annulation du couple en portance au pied de pale (conicité de base), ils assurent surtout le "battement" libre de la pale sous l'amplitude de cette vibration.
Sur les rotors bipales (Bensen ou non) à moyeu en balancier, l'adoption d'un axe de battement unique pour deux pales a tout de même des conséquences.
Si les balanciers sont souples et les pales légères, les inerties sont faibles, donc peu de résidus de cette fondamentale arrivent jusqu'au moyeu. A l'inverse, des pales lourdes et un balancier rigide génèreront une opposition inertielle conséquente (nouveaux harmoniques), envoyant des traces de la fondamentale dans le moyeu. Ces résidus se manifestent alors par des efforts verticaux alternatifs, en fréquence 2.ω, croissants en vitesse.
Avec une commande cyclique, tous les efforts sont retransmis à la cellule. Avec une commande directe, des efforts alternatifs arrivent au manche, ils sont répartis cellule / manche au prorata des désaxages organisés sur les axes de tangage et de roulis.

Cette fondamentale génère deux harmoniques, l'un porte le nom "tracking", en image à la superposition des plans de pale.
Généralement, le "tracking" est lié à un écart de portance entre pale (mauvais réglage de pas, déformation sous charge qui produit une variation d'incidence plus forte et invariable, différence de profil, de rugosité, etc…).
Le "tracking" peut remettre en cause la construction des pales si une déformation stable et non homogène est constatée, sinon, l'expérience montre qu'un simple réglage "au drapeau" suffit à supprimer cette vibration.
Comme sa fondamentale, l'harmonique "tracking" génère un effort vertical au moyeu, mais sa fréquence vaut b.ω et elle est en phase avec sa génitrice "dissymétrie de portance". De ce fait, elle n'est pas ressenti directement, mais elle majore l'amplitude de la fondamentale, notamment au passage en pale avançante. Sur un bipale, la secousse est plus forte une fois sur deux. A l'œil, les pales ne passent pas dans le même plan. Le "tracking" est croissant en vitesse, il se manifeste aux commande comme sa fondamentale.
L'autre harmonique porte le nom de "weaving" (tissage), elle est liée au rappel élastique en torsion de la pale qui est soit trop puissant (dans ce cas il y a amortissement périodique), soit pas assez puissant (dans ce cas il y a résonnance puis destruction du rotor). Globalement, le "weaving" apparaît lorsque les pales ne disposent pas de suffisamment de rigidité en torsion au regard des efforts de torsion qu'induit le déplacement du centre de poussée du profil.
C'est précisément pour éviter ce type d'harmonique que les constructeurs choisissent des profils à faible Cmo voir Cmo nul.
Mais le "weaving" n'est pas dû au rotor, il est dû à la pale seule qui ne s'accorde pas avec les contraintes du rotor.
L'harmonique "weaving" est dangereuse, elle provoque une fatigue structurale de la pale (longeron et revêtement), elle provoque la fatigue des commandes, elle peut être croissante en vitesse.
Sur les appareils à commande cyclique, le "weaving" se manifeste par des mouvements circulaires et désordonnés du manche, à fréquences variables.
Sur les appareils à commande directe, c'est la périodicité des vibrations qui est flagrante et aléatoire plutôt que le mouvement du manche. A l'œil, les pales décrivent un parcours "ératique" et similaire à celui nécessaire au tissage d'un fil, d'où le nom.

La fondamentale "dissymétrie de traînée" agit dans le plan de rotation du moyeu. Plus le nombre de pale est important, plus l'amplitude de cette fondamentale est réduite. Par conséquent, c'est sur les rotors bipales que l'amplitude est maximale. Mais cette amplitude peut aussi être importante sur les rotors de grandes dimensions. De ce fait, certains rotors profitent de l'axe de battement en traînée pour organiser le "déphasage" de celle-ci (amortisseurs).
Le sens de cette amplitude est avant/arrière, sa fréquence est b.ω. Quand les rotors disposent de moyeux rigides en traînée, cette fondamentale impose le montage souple du rotor sur le fuselage. A l'inverse, lorsque les moyeux sont souples en traînée, il est nécessaire d'adopter un montage rigide afin de ne pas favoriser la résurgence d'harmoniques supplémentaires.
Les commandes de vol par variation cyclique ne souffrent pas de cette fondamentale, tandis que celles à commande directe subissent les conséquences au prorata de la distance entre l'axe du moyeu et l'axe de tangage minoré du rapport de commande. Les effets au manche sont alors croissants en vitesse, de fréquence b.ω, sens d'avant en arrière. Cette vibration est en phase avec la fondamentale "dissymétrie" de portance, on l'a dit, mais l'amplitude est de signe opposé. De ce fait, dans le cas d'un bipale où les deux fondamentales disposent d'une grande amplitude, il est possible, par une construction soigneuse de la commande directe, de faire opposer les amplitudes et d'annuler les mouvements du manche.

Cette fondamentale génère deux harmoniques, un de "précession", l'autre de "résonnance".
La "précession" est nommée ainsi car l'oscillation des pales en traînée peut conduire à un désalignement des centres de gravité d'avec l'axe de rotation, donc à un déport massique générateur de balourd, mais le phénomène n'est pas complet, il s'inverse après 1/b tour de révolution, il y a donc rarement divergence. L'harmonique apparaît toutefois un temps, elle est maximale sur les bipales, sa fréquence vaut b.ω. Cette harmonique est en phase avec la fondamentale, son amplitude s'ajoute, les effets sur les commandes aussi.
L'harmonique "résonnance" est une conséquence du mouvement des pales dans le plan, elle n'existe pas sur les rotors dépourvus d'axe de traînée (rigides et semi-rigides).
Cette harmonique nait des oscillations d'un appareil sur son train d'atterrissage, par exemple, d'une rafale entretenue en vol (vol en formation).
Elle porte, selon le cas un nom complémentaire, "résonnance sol" ou "résonnance en vol". La deuxième est très rare.

Les bipales Bensen ne sont pas concernés.

Voilà ce que l'on entend par le mot "vibration" lorsque l'on parle d'un rotor. Maintenant, essayer de décrire ce qu'il se produit sur votre machine en exploitant ce langage, reconnaissez vous certains aspects ? "



Pensez vous que, depuis l'explication sur la vibration des rotors, le sujet a évolué ? Je crois que non ! Pourquoi ? Parce que si cela avait été compris, on ne parlerait pas de vibration dans le sujet équilibrage (qui est statique ou dynamique).
Mike tente avec un système de mesure de vibration de déterminer une source de déséquilibre...

Ben il peut faire beaucoup de vols !... Son système mesure une vibration, pas un déséquilibre. Comme exemple...


Partez chez votre vendeur de pneus et chaussez vous en pneus "hiver"... Le type va équilibrer vos roues en "balourd" (harmonique de rang 1 car conséquence de la rotation), de fréquence oméga (1 par tour)... Car cette vibration est la conséquence d'un déséquilibre massique.
Vous comprenez la démarche ?... La mauvaise répartition des masses génère un "balourd", on corrige la répartition des masses en mesurant le "balourd"... Point final.


Dans le rotor bipale, on sait qu'il existe une vibration d'ordre aérodynamique, de fréquence 2 par tour...

Mike a t'il l'instrument qui mesure cette vibration et que celle là ?... Non !... Mike mesure des impulsions au niveau du rotor qui sont le résultat résiduel de beaucoup de vibrations conjuguées... Et Mike souhaiterait résoudre ce problème vibratoire multiple en "équilibrant" son rotor...

Est-ce que votre marchand de pneus résoud votre problème de roue en montant un silentbloc sur la colonne de direction ? Non hein ! Sinon vous le traiteriez de "malade"...


Vous comprenez maintenant ce que je pense de la démarche de Jean Claude ou de Jean... Qui ne sont pas "malades" comme chacun sait.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 11:44 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Une grande partie du texte en italique ci-dessus, est direct, correct, et logique. Très différent des digressions et des syllogismes habituels de Gma. A l'évidence, l'essentiel n'est pas de lui, bien qu'il aimerait le laisser croire dans son préalable "j'avais résumé cette expérience dans le sujet de Claude Nowak : Vibration rotor". Il n'a d'ailleurs jamais figuré non plus dans ce sujet que j'ai fait remonter.

D'autre part, Mike est ingénieur et sa spécialité professionnelle a été de résoudre de problèmes de vibrations de machines lourdes dans l'industrie. C'est dire sa compétence théorique et son expérience pratique. Sa contribution peut nous être très bénéfique.


Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 13:22 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Une grande partie du texte en italique ci-dessus, est direct, correct, et logique. Très différent des digressions et des syllogismes habituels de Gma. A l'évidence, l'essentiel n'est pas de lui, bien qu'il aimerait le laisser croire dans son préalable "j'avais résumé cette expérience dans le sujet de Claude Nowak : Vibration rotor". Il n'a d'ailleurs jamais figuré non plus dans ce sujet que j'ai fait remonter.D'autre part, Mike est ingénieur et sa spécialité professionnelle a été de résoudre de problèmes de vibrations de machines lourdes dans l'industrie. C'est dire sa compétence théorique et son expérience pratique. Sa contribution peut nous être très bénéfique.



Au risque de vous décevoir (j'en suis désolé), le texte en italique est tout à fait du tartuffe/troll, que vous le trouviez direct, correct et logique mérite que j'ouvre une bouteille ce midi... De plus, dans le sujet que vous avez fait remonter, il se trouve en première page.
D'autres part, dans le domaine de la machine outil (très grandes dimensions), d'industries lourdes ou "légères", je rencontre aussi ce problème régulièrement qui interfère avec la précision de ces machines... Ce qui n'en fait pas une expérience transposable. Sur ces machines, la vibration d'origine aérodynamique n'existe pas et la planète terre nous aide beaucoup pour dissiper, ce qui n'est pas le cas là haut.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Dernière édition par gma le Lun 25 Nov - 13:49 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 14:05 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Flagrant délit de mensonge pour notre Tartuffe: il a eu le culot d'ajouter ce texte aujourd'hui, comme chacun pourra vérifier au bas du dit message en première page du titre "Vibration rotor":
Dernière édition par gma le


Dernière édition par Jean Claude DEBREYER le Lun 25 Nov - 14:20 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 14:19 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Juste qu'il a eu le culot d'ajouter ce texte aujourd'hui, comme chacun pourra vérifier au bas du dit message en première page du titre "Vibration rotor". Manque pas d'air le Tartuffe.
Non Jean Claude ! Ma grande débilité fait que je vérifie régulièrement les fautes d'orthographe, donc je réédite parfois certains textes pour corriger. Omis ceci, je n'ai pas votre habitude, je veux dire celle de changer le sens de ce qui fut dit au grés du vent. Mes choix de QFU sont assez rigides, j'en convient, ça plait à certains, pas à d'autres, mais c'est comme ça.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 486
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 14:28 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

Flagrant délit de mensonge pour notre Tartuffe: il a eu le culot d'ajouter ce texte aujourd'hui, comme chacun pourra vérifier au bas du dit message en première page du titre "Vibration rotor":
Dernière édition par gma le


Dernière édition par Jean Claude DEBREYER le Aujourd’hui à 14:20; édité 1 fois

Faites le demain... Votre texte sera de demain ?



_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 25 Nov - 15:14 (2013)    Sujet du message: Equilibrage des rotors Répondre en citant

gma a écrit:
... je vérifie régulièrement les fautes d'orthographe, donc je réédite parfois certains textes pour corriger. Omis ceci, je n'ai pas votre habitude, je veux dire celle de changer le sens de ce qui fut dit au grés du vent. Mes choix de QFU sont assez rigides, j'en convient, ça plait à certains, pas à d'autres, mais c'est comme ça..

Pourquoi vérifier l'orthographe d'un message vieux de quelques années et pas ceux d'aujourd'hui?


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:58 (2017)    Sujet du message: Equilibrage des rotors

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 5 sur 7

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com