le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Théorie du rotor d'autogire
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 67, 68, 69  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
j-p morizet


Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2009
Messages: 137
Localisation: Besançon
Masculin

MessagePosté le: Mer 31 Aoû - 15:31 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour,

Personnellement, je ferais les essais sur une piste plus longue avec un grand dégagement pour m'assurer que l'appareil vole et a une vitesse de montée suffisante.
Avec des conditions a peu près similaires, je n'arrivais pas à passer le rideau d'arbre à environ 500 m de la fin de piste et j'étais contraint de faire demi-tour pour prendre de l'altitude. Le manque de puissance  (rotax 503) m'a valu trois vaches  au décollage ; fort heureusement il n'y avait pas de magasin Auchan.
A partir d'un palier à 80km/h, ma vitesse de montée était de l'ordre de 1m/s  gaz à fond.
Je suis en phase de reconstruction de mon giro, notamment pour monter un moteur plus puissant avec un hélice plus grande, dérive floridienne, amortisseurs....


cdlt

JP


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 31 Aoû - 15:31 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 1 Sep - 18:08 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

turrata a écrit:
hello





Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 00:56 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Dim 4 Sep - 10:36 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour turrata
Je réponds sans doute trop tard à cause de mon absence. Avec un poids en vol de 245 kg le diamètre de 6,85m me semble bien adapté et  le régime de rotation souhaitable en translation serait en effet de l'ordre de 400 t/mn (à 10 t/mn près). Corriger éventuellement le calage des pales sur le porte-pale pour y parvenir.
Le soulèvement de la roue avant à 300 t/mn n'est pas très significatif car il dépend du centrage de la machine sur ses roues. Le carénage fuselage n'a guère d'influence sur la facilité de décollage, mais seulement sur la puissance  de croisière où il n'apporte d'ailleurs qu'une faible amélioration (s'agissant des pousseurs). Le diamètre de l'hélice de propulsion a davantage d' importance.
Cordialement,
Jean Claude


Revenir en haut
turrata


Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2010
Messages: 68
Localisation: yzengremer
Masculin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 4 Sep - 16:57 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

bonjour et merci de me repondre !  . pour l'autogire mono en considerant les donnèes technique citèes , qu'elle serait la meilleurs longueur du rotor ? ( 7 m ,7.50 ?) pour une meilleurs portance , trainèe et taux de montè , en fonction du 503 et du poids global (250 kgs) .ou alors comme dit notre ami...changer de moteur ! . en fait est-ce que changer de rotor et mieux que de changer de moteur . cordialement

Revenir en haut
François Carré
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Sep - 07:23 (2011)    Sujet du message: Quelques points de vue Répondre en citant

Bonjour,

Il a été expliqué qu'un rotor d'autogire était semblable à celui d'une hélice éolienne, et, il semble qu'effectivement c'est le cas pour ce qui concerne son entretien en rotation libre.

Il a été dit aussi que c'est un rotor fonctionnant en décrochage dynamique permanent, et, c'est forcément exact dans la mesure où les pales ne peuvent posséder, comme en hélicoptère, de gauchissement, vu sa fonction de translation  . . .

La rotation du rotor permet l'assimilation à une aile d'avion, et, la portance doit être vue dans la globalité du rotor et non du profil des pales qui ne doit être considéré qu'accessoirement moteur et essentiellement de bonne résistance mécanique.

Il semble que le rotor d'une autogire ait peu de rationalité vu qu'il résulte de compromis invraisemblables entre entretien en rotation dans des conditions presque illusoires et, translation qui, comme pour un hélicoptère, devrait éviter le retour des pales face au vent . . . 

Et ce, d'autant que l'angle de calage (faible sans doute), en position de retour, vient à contrario, et, à grande vitesse relative, de la sustentation . . .

Et, pourtant . . .   Cela fonctionne . . .


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Sep - 09:12 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Hello,
François Carré a écrit:




Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 00:56 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 5 Sep - 11:29 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour François
Vous avez écrit:
"Il a été dit aussi que c'est un rotor fonctionnant en décrochage dynamique permanent, et, c'est forcément exact dans la mesure où les pales ne peuvent posséder, comme en hélicoptère, de gauchissement, vu sa fonction de translation  . . ."
Re: Je ne vois pas que les pales d'un autogire fonctionnent en décrochage permanent, hormis dans la zone proche du pied de la pale reculante, ce qui, vu la faible vitesse relative de l'air à cet endroit, ne cause pas une perte sensible. Le vrillage des pales règlerait d'ailleurs le problème mais le peu de gain de performance ne vaut pas la complication
Comme pour un hélico, la perte résulte simplement de la vitesse élevée des pales comparativement à une aile fixe, rançon inévitable de la possibilité de vol à basse vitesse (de la cellule). 

 Vous avez écrit:
Il semble que le rotor d'une autogire ait peu de rationalité vu qu'il résulte de compromis invraisemblables entre entretien en rotation dans des conditions presque illusoires et, translation qui, comme pour un hélicoptère, devrait éviter le retour des pales face au vent . . . 

Re: l'auto-rotation ne ressort pas de conditions invraisemblablement étroites comme vous semblez le croire, et si vous faites une petite maquette avec des profils  même très sommaires, vous aurez la surprise de constater qu'il existe toujours une large plage de pas pour lequel çà tourne à merveille.  Tout le génie de La Cierva a été de l'avoir pressenti, puis mis au point. Igor Bensen aura su, lui,  en réduire  le nombre de pièces à presque rien et le rendre largement accessible à la construction amateur. Et en effet, cela fonctionne très bien.
Cordialement
 


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Lun 5 Sep - 12:05 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

il y a quand meme un point assez critique qui est le calage positif des pales , avec une certaine difficulte au lancement , et un point de non retour ce qui constitue en l'espece une sorte d'ecueil dont tout le monde s'accomode bon gre mal gre mais qui n'en reste pas moins irrationnel ,
y a t'il eu des travaux de menes sur ce sujet afin de resoudre cet inconvenient ?

concernant la masse du rotor si on peut considerer que cela ralentit la perte de tours , cela ralentit aussi la prise de tours


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Sep - 12:36 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Hello,

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 00:57 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Lun 5 Sep - 13:15 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

a cote ? oui assurement
pretendre qu'un giro ne decroche pas , et eluder le fait que le rotor peut "s'arreter" sans espoir de redemarrage ce n'est pas "la vie" , en l'occurence ce serait plutot la mort ,
un avion traditionnel decroche , soit , mais il racroche aussi facilement , dans le principe pas de situation sans issue ,
perso je n'accepte pas la physique je l'exploite , et pretendre qu'on ne peut rien faire n'est pas ma religion ,
on en serait toujours a vivre dans des cavernes vetus de peaux de betes sinon


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 5 Sep - 13:39 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger a écrit:

il y a quand meme un point assez critique qui est le calage positif des pales , avec une certaine difficulte au lancement , et un point de non retour ce qui constitue en l'espece une sorte d'ecueil dont tout le monde s'accomode bon gre mal gre mais qui n'en reste pas moins irrationnel ,
y a t'il eu des travaux de menes sur ce sujet afin de resoudre cet inconvenient ?

concernant la masse du rotor si on peut considerer que cela ralentit la perte de tours , cela ralentit aussi la prise de tours

En effet Haflinger, il y a risque de ralentissement excessif sans reprise des tours. Ce risque est nul si le pilote est informé des manoeuvres acrobatiques à ne pas tenter, et si le calage positif des pales reste raisonnable (3,5° maxi par rapport à la direction de portance nulle).  Malheureusement certains constructeurs dépassent cette valeur car les performances sont meilleures. Bensen avait réduit cet inconvénient en donnant un calage statique très faible et un fort Cmo de profil pour obtenir un calage plus performant en vol: régulation automatique du régime et prélancement facilité.  Solution géniale apparemment oubliée.
Concernant la masse, je suis d'accord  aussi: Non seulement elle ralenti la reprise des tours, mais en donnant de l'inertie gyroscopique au disque elle accroit la durée pendant laquelle elle peut être soumise au ralentissement. Conséquence : une perte accrue quand on croyait la réduire!


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Sep - 14:57 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Ok 

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 00:57 (2011); édité 5 fois
Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Sep - 15:05 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

.....

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 08:38 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Lun 5 Sep - 15:59 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

girodreamer ,
je ne m'enerve pas mais oui tu est a cote puisque tu le demande , les comparaisons avec les avions , patati patata , le giro c'est mieux , mais ca tue quand meme si tu fais pas tout comme il faut , ou bien s'il est un peu vicieux et que tu fais avoir , mais c'est comme ca on y peur rien , toussa toussa

je ne parle ici que du giro parce que ca m'interresse depuis tres longtemps , pour les avions regardes donc les videos du Red Bull air Race tu verras qu'on peut aussi faire des trucs dingues a basse altitude

pour le moment je ne vole pas sur giro , et sans doute pas avant un moment

pour l'oscillation j'ai vu autrefois un gars se tuer en essayant une machine juste apres moi ,

je te souhaite de toute ma volonte de ne pas connaitre le meme sort ni meme (beaucoup) moins grave , puisque tu pose la question des oscillations si le tractif propose une securite superieure c'est a mon point de vue parce que le stabilisateur horizontal dispose d'un grand bras de levier et n'est pas plonge dans la turbulence de tout de qui est devant , d'ou la difference d'efficacite ,
quand au bensen il n'avait meme pas de stabilisateur


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 5 Sep - 17:21 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Salut,

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 00:58 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:16 (2017)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 67, 68, 69  >
Page 2 sur 69

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com