le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Théorie du rotor d'autogire
Aller à la page: <  1, 2, 3, 467, 68, 69  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 5 Sep - 22:47 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonsoir gyrodreamer,
Les pales Bensen ne réglaient que le problème du sous régime, mais c'est déjà çà. Bensen avait aussi une  ligne de poussée poussée correcte: pas de "bunt over" mais ses successeurs l'ont oubliés  aussi. Heureusement les Floridiens y reviennent. Ce qu'on peut reprocher à Bensen, c'est son plan fixe horizontal inéfficace (bras de levier et profil planche) d'où les PIO. Cela semble maintenant compris, mais malgré çà leurs profils se limitent toujours à 12%, quand 17% c'est plus léger et plus solide.
Cordialement
Jean Claude


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 5 Sep - 22:47 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gérard BEAUDOIN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 6 Sep - 11:29 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

turrata a écrit:

bonjour !  j'ai commencè les essais sur piste avec mon autogire maison et je me demande avant de me lancer pour un saut de puce (j'ai soulevè la roue avant avec 300 tours rotor ) si techniquement je peut y aller !  . rotor de 6.85 m  profil 23012,  calè a 2 degres  corde 19 cms  alu extrudè , poids machine 130 kgs , poids pilote avec equipement 95 kgs , essence 20 kgs , moteur  503 bi  ,non carrenè ,  mon probleme et de savoir si mon taux de montè si je decolle serai a plus de2 metres seconde (car il y a un magasin auchan en bout de piste a 300 m dans la vallèe)  . je me demande en fait si mon rotor n'est pas un peut court  et pense qu'il faudrai au moins 400 tours rotor  pour ce diametre ???   .  cordialement
Turrata

Pour ce qui est de ton premier tour de piste, si tu as un doute surtout ne cherche pas a monter de suite. Ce qui va te confirmer si ton appareil va pouvoir monter, c'est la prise de vitesse qu'il fera en palier dès que tu seras en l'air. J'explique
Une fois déjauger, ne cherche pas a monter mets toi en palier à 3 ou 4 m sol , plein gaz ton appareil doit rapidement accélérer si il accélère franchement, c'est que tu as de la réserve pour pouvoir monter par contre si l'accélération tarde a venir où même si elle ne vient pas, tu n'a aucune réserve de puissance, repose toi dans l'axe sans attendre plus longtemps.

Gyroscopiques salutations
Gérard


Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 589
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 14:15 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour,

Le sujet ... c'est "théorie du rotor d'autogire"... ou comment emplafonner le supermarché "Auchan" en bout de piste ?

j'arrive pas à suivre... pourtant je rentre de vacances !
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 6 Sep - 14:20 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:

..



Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 08:39 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 14:22 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

en effet , ca pollue grave

pour revenir au sujet , est-ce qu'un fort vrillage des pales n'apporterait pas un benefice ?
on aurait dans la partie centrale du disque une zone fortement "autorotative" et en translation on reculerait l'apparition du decrochage de la pale reculante ,
non ?


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 15:09 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Pour répondre à gyrodreamer:
12% = épaisseur relative = épaisseur divisé par la corde du profil.
Pour répondre à Haflinger:
Les pales d'un gyro ne sont décrochées que dans la zone reculante  proche du pied de pale (<0,5 R).  La vitesse/air y est très faible,  les portances négligeables, et les couples de rotation infimes. Raccrocher cette zone par un vrillage n'apporte donc pratiquement rien (ma simulation dit que le gain de trainée du rotor serait inférieur à 2%).
Il n'en est pas de même des hélicos, dont c'est le bout de pale qui décroche à haute vitesse: zone très influente sur la portance et le couple.


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 15:48 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

ok , mais le vrillage s'etendant sur toute la longueur de la pale on pourrait homogeneiser l'incidence et augmenter le rendement ,
grosso modo , entre 50% et 100% l'incidence du profil diminue de moitie avec toutes les pertes qui en decoulent , il y aurait pas mal a gagner avec une pale qui suive le "pas" comme on fait pour les helices et les eoliennes , non ?


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 17:42 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Les  variations d'incidence, inévitables en translation, ne sont pas pour autant une source de perte notable d'énergie.
Les courbes obtenues en soufflerie par le NACA sur des hélices de propulsion ne montrent pas de baisse de rendement quand on teste à 30° de pas une hélice à pas variable dont l'incidence est constante pour 15°. Pourtant, l'incidence n'a alors plus rien de constante en envergure.
Le vrai gain serait un écoulement laminaire de la couche limite sur le profil. Hélas l'attaque oblique, l'incidence élevée sur la pale reculante, et la centrifugation de la dite couche ne lui donnent aucune chance. Les profils dits "laminaires"  ne valent pas mieux, s'agissant d'un rotor en translation", que les autres
Jean Claude


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 21:08 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:

Les  variations d'incidence, inévitables en translation, ne sont pas pour autant une source de perte notable d'énergie.
Les courbes obtenues en soufflerie par le NACA sur des hélices de propulsion ne montrent pas de baisse de rendement quand on teste à 30° de pas une hélice à pas variable dont l'incidence est constante pour 15°. Pourtant, l'incidence n'a alors plus rien de constante en envergure.....
une helice avec des pales non-vrillees aurait le meme rendement qu'avec vrillage ? c'est ca ?

Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 22:23 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

A peu près, en effet.
Voir le rapport NACA 640 page 550: http://aerade.cranfield.ac.uk/ara/1938/naca-report-640.pdf
L'hélice testée a un pas constant pour 15° à 0,75 R, soit 11° en bout et 22° à 0,5R
Quand ses pales sont maintenant positionnées telles que 45° à 0,75R (soit 41° en bout et 52° à 0,5 R) son rendement maxi reste excellent (0,85), bien que l'angle d'attaque des  pales est maintenant très différent entre le bout et 0,5R


Revenir en haut
Gérard BEAUDOIN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 7 Sep - 08:59 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour

Désolé d'avoir "pollué" ce post avec mon commentaire à Turrata (ou comment éviter de faire ses courses alors que l'on était venu pour voler Mr. Green ) mais sa question était il me semble importante.

Cordialement
Gérard


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 7 Sep - 09:56 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Gérard BEAUDOIN a écrit:
......Désolé d'avoir "pollué" ce post avec mon commentaire à Turrata (ou comment éviter de faire ses courses alors que l'on était venu pour voler Mr. Green ) mais sa question était il me semble importante.....

ya pas de mal , Turrata fait peur , il ne sait pas dans quel sens se monte une tete de rotor et veut faire le premier vol d'une machine qu'il a construit sur une piste a priori plutot courte qui debouche sur un supermarche , la ce ne sont pas que les tetes de rotor qui risquent de voler


Jean Claude DEBREYER a écrit:
A peu près, en effet.
Voir le rapport NACA 640 page 550: http://aerade.cranfield.ac.uk/ara/1938/naca-report-640.pdf
L'hélice testée a un pas constant pour 15° à 0,75 R, soit 11° en bout et 22° à 0,5R
Quand ses pales sont maintenant positionnées telles que 45° à 0,75R (soit 41° en bout et 52° à 0,5 R) son rendement maxi reste excellent (0,85), bien que l'angle d'attaque des  pales est maintenant très différent entre le bout et 0,5R


ok , mais si je te suis bien (je ne connait pas le rapport et pas le temps de l'ingurgiter pour le moment) on parle quand meme de pales deja vrillees ,
et si une pale plate de corde constante donnait de si bon resultats pourquoi est-ce qu'on se gache la vie depuis des lustres a faire des pales avec une evolution en corde et en vrillage sur les helices , eoliennes , et meme helicos

sur un giro , rendement mis a part , est ce qu'un fort vrillage n'ameliorerait pas l'acceleration du rotor et ne reculerait pas , voire ne supprimerait pas le fameux point de non retour ?


Dernière édition par Haflinger le Mer 7 Sep - 10:11 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
serge
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 7 Sep - 10:11 (2011)    Sujet du message: etonné Répondre en citant

Bonjour,
je suis étonné de voir beaucoup de coups de gueule sur la dangerosité du gyro sur ce forum ...
j'ai parcouru une partie des messages et je vois de façon redondante des gens qui viennent dire , le giro c'est dangereux, le régime rotor varie, il y a un point de non retour, c'est un engin instable etc ...
Ils ont peut être raison, mais ce qui me chiffonne c'est que dans ces conditions que font ils là alors qu'il ne pilotent pas de giro ?
est-ce un devoir messianique d'information envers ceux qui viendraient ici par envie de faire du giro et qui doivent être prévenus par des non pratiquants pour leur éviter la mort ?
est-ce un divertissement ?
qu'est-ce qui les guide dans cette démarche ?
les gens comme nous qui pilotons des gyros le dimanche sont-ils des fous inconscients des problèmes qui en outre avons l'outrecuidance de faire de la pub sur cette machines ?
je me pose des question ?
bonne journée
serge
 


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 7 Sep - 10:29 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

il se trouve que depuis toujours et encore maintenant j'evite de tripoter les fils coupes de la lampe quand je suis dans mon bain , mais un accident est toujours possible et bien qu'ayant pris la bourre a plusieurs reprises je suis toujours vivant , ce qui ne m'empeche d'etre content d'avoir un disjoncteur 30mA chez moi au cas ou , et pas seulement pour moi car les morts n'ont pas de regrets ,
si Claude Francois en avait eu un (comme il est obligatoire d'en equiper aujourd'hui les installations neuves) et bien il ne serait pas mort electrocute ,
c'est une certitude la vie est dangereuse , ce que je fait la alors que je ne pilote pas de giro de facon assidue ni meme occasionnelle ? et bien tout simplement le giro m'interresse , et la technologie aussi , ainsi que la securite , et bien sur l'innovation ,
et de plus je ne suis ni retrograde ni sectaire ni borne


Dernière édition par Haflinger le Mer 7 Sep - 12:17 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mer 7 Sep - 11:10 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger a écrit: " si une pale plate de corde constante donnait de si bon resultats pourquoi est-ce qu'on se gache la vie depuis des lustres a faire des pales avec une evolution en corde et en vrillage sur les helices , eoliennes , et meme helicos"
Re: Comme je l'ai expliqué,  le vrillage se justifie beaucoup mieux pour les hélicos que pour le gyro. Pourtant beaucoup de constructeurs ne l'adoptent  pas. Si le compromis Avantages/Coût de réalisation n'est pas décisif pour les pales d'hélico, à fortiori l'est-il encore moins pour le gyro.
Pour les hélices de propulsion, taillées dans la masse ou coulées, il n'est pas plus côuteux de les sortir vrillées.
Quant à leur forme en plan, un Cz max élevé est nécessaire pour raccourcir le décollage. Le profil cambré exige alors une rigidité accrue en torsion, d'où les pieds de pales élargis et épaissis.

Haflinger a écrit:
"... est ce qu'un fort vrillage n'ameliorerait pas l'acceleration du rotor et ne reculerait pas , voire ne supprimerait pas le fameux point de non retour" ?
Re:  Sans doute légèrement, mais pas sans inconvénients: le décrochage brutal de toute la pale, au lieu d'un progressivité partant du centre. Mais c'est le calage global qui importe, grossièrement celui situé à 0,75 R.  C'est lui qui fixe le régime en vol et sa reprise. (3,5° maxi selon mes simulation). Mieux si moins, mais avec des pertes accrues (régime plus élevé). Toujours un compromis.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:50 (2017)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 467, 68, 69  >
Page 3 sur 69

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com