le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Théorie du rotor d'autogire
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 567, 68, 69  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 7 Sep - 12:05 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

l'helico est quand meme assez particulier dans la mesure ou le rotor est sense fonctionner dans les 2 sens , avec le flux qui le traverse de haut en bas en propulsion et de bas en haut en vol plane , la priorite etant sans doute donne a la propulsion par rapport au plane

tres grossierement si je prends un rotor de 7 metres qui descendrait en autorotation verticale a 5m/s a 300 tr/mn , l'angle d'helice varierait de 2.6 degres en bout de pale a 5.2 degres a 50 % , ce qui est effectivement assez faible et je comprends qu'on puisse renoncer a optimiser devant la difficultee de realisation
Jean Claude DEBREYER a écrit:
..........Mais c'est le calage global qui importe, grossièrement celui situé à 0,75 R. C'est lui qui fixe le régime en vol et sa reprise. (3,5° maxi selon mes simulation). Mieux si moins, mais avec des pertes accrues (régime plus élevé). Toujours un compromis.

ok , a priori je ne vois qu'un pas general asservi automatiquement a la vitesse de rotation a l'instar d'une "constant speed" avec butees mini et maxi pour assurer un lancement aise au roulage et permettre une reacceleration si necessaire


Dernière édition par Haflinger le Mer 7 Sep - 15:47 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 7 Sep - 12:05 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
serge
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 7 Sep - 12:15 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger a écrit:
il se trouve que depuis toujours et encore maintenant j'evite de tripoter les fils coupes de la lampe quand je suis dans mon bain , mais un accident est toujours possible et bien qu'ayant pris la bourre a plusieurs reprises je suis toujours vivant , ce qui ne m'empeche d'etre content d'avoir un disjoncteur 30mA chez moi au cas ou , et pas seulement pour moi car les morts n'ont pas de regrets ,
si Claude Francois en avait eu un (comme il est obligatoire d'en equiper aujourd'hui les installations neuves) et bien il ne serait pas mort electrocute ,
c'est une certitude la vie est dangereuse , ce que je fait la alors que je ne pilote pas de giro de facon assidue ni meme occasionnelle ? et bien tout simplement le giro m'interresse , et la technologie aussi , ainsi que la securite , et bien sur l'innovation ,
et de plus je ne suis ni retrograde ni sectaire ni borne
j'ai dit que j'étais étonné, pas que je déplorais vos propos
cela me conduisait dans ma réponse à me poser la question de savoir si étions fous de voler et en quelques sorte criminels d'inciter des gens à le faire .
je vais continuer à me la poser ....
je vais aussi continuer à voler .... sur mon Giro ... preuve de ma folie .
Si je meure dans mon lit vous aurez eu raison, si j'atteinds le point de non retour vous aurez eu raison.
bonne journée
serge


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 7 Sep - 13:45 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

serge a écrit:
....cela me conduisait dans ma réponse à me poser la question de savoir si étions fous de voler et en quelques sorte criminels d'inciter des gens à le faire .
je vais continuer à me la poser ....
je vais aussi continuer à voler .... sur mon Giro ... preuve de ma folie .


il n'y a pas de folie , seulement un risque comme dans toutes les activites ,
mais poser les problemes est le premier pas pour les resoudre il n'y a pas de fatalite , personnelement je ne viens pas pour faire la lecon mais pour mon enrichissement et j'envisage le gyro pour plus tard meme si certaines choses me genent un peu

d'ailleur le sujet est le fonctionnement du rotor , et non la folie des pratiquants


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 7 Sep - 16:46 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

.....

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 03:32 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 09:48 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

encore une question aux encyclopedies vivantes et theoricien du giro

c'est un helico monopale , assez unique semble t'il
savez vous si il y a eu des autogires a rotor monopale de construits ?




Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 10:26 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Je cherche vainement un avantage à cette solution...(Le rangement?)

Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 10:59 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

hello,

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 00:58 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 11:05 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Je cherche vainement un avantage à cette solution...(Le rangement?)


oui le rangement , ainsi que le transport

sinon :

- pas de tracking
- 1 pale est moins chere que 2
- articulation de batement non soumise a la force centifuge (balancier)
- une seule articulation de pas cyclique + general simple , non soumise a la force centrifuge donc pas de butee , ni au moment du poids de la pale
- equilibrage simplifie , il suffit de deplacer la masselotte en bout d'arbre

et j'en oublie peut-etre , avec je pense peut-etre aussi un bonus au niveau vibratoire car plus d'antagonisme entre pale avancante et reculante

et enfin la possibilite sur un giro d'avoir tres simplement une commande de pas general ce qui permet :
- un pas minimal negatif pour le lancement ou la relance du rotor en automatique avec des masselottes centrifuges par exemple , facilite et securite
- la possibilite de giro "sauteur"
- et pourquoi pas la possibilite de remettre du pas a l'attero en fin d'autorotation comme en helico

je complete ,
du fait de la securite au relancement la possibilite d'avoir un calage plus fort en vol avec un meilleur rendement a la clef


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 12:04 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger, pour un autogire :

-L'articulation de battement (axe de balancier) n'est non plus soumise à la force centrifuge sur le bipale: Pas d'avantage
-Un bipale ne nécessite pas de soumettre non plus l'articulation de Pas cyclique à la force centrifuge: Pas d'avantage
-Un gyro ne nécessite pas de "Collectif": Pas d'avantage
-La fréquence vibratoire sera 1/t au lieu de 2/t : plus difficile à filtrer:  Inconvénient
-Le déplacement axial de la masselotte en bout de barre ne suffit pas pour équilibrer parfaitement. Il faut encore pouvoir déplacer déplacer la pale en hauteur (pseudo-tracking) et d'avant en arrière: Pas d'avantage
-La relance du rotor par masselotte centrifuge ? Non, mais une régulation de régime simple, par action d'une masselotte sur le pas "collectif", devient en effet très facile par la suppression des efforts centrifuge sur l'articulation éventuelle de pas.
Qui s'y colle ? ( Pour moi, il n'y a pas de contre-indication à l'autorotation d'un monopale)
Cordialement
Jean Claude


Dernière édition par Jean Claude DEBREYER le Jeu 8 Sep - 12:55 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Cros


Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2010
Messages: 217
Localisation: herault
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 12:47 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger, faut arrétter la fumette.... Une hélice monopale ok, un rotor d'hélico monopale ok. Ils sont entrainés de force . Pour l'autorotation de sauvegarde en hélico ça doit fonctionner. Pour un autogire je n'y crois pas du tout........
 


Uploaded with ImageShack.us
_________________
Voir l'invisible et croire l'incroyable, voilà comment réaliser l'impossible.


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 13:22 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Haflinger, pour un autogire :

-L'articulation de battement (axe de balancier) n'est non plus soumise à la force centrifuge sur le bipale: Pas d'avantage


un autogire n'a pas forcement un rotor a balancier

Jean Claude DEBREYER a écrit:
-Un bipale ne nécessite pas de soumettre non plus l'articulation de Pas cyclique à la force centrifuge: Pas d'avantage


sauf s'il a une commande de pas collectif


Jean Claude DEBREYER a écrit:
-Un gyro ne nécessite pas de "Collectif": Pas d'avantage


sauf si on veut un giro avec une securite anti point de non retour qui se lance facilement , et sauf si on veut un giro sauteur

Jean Claude DEBREYER a écrit:
-La fréquence vibratoire sera 1/t au lieu de 2/t : plus difficile à filtrer:  Inconvénient


la frequence serait reduite de moitie , et les vibrations ?
sans l'antagonisme entre la pale avancante et la reculante il n'en resterait quasiment rien

Jean Claude DEBREYER a écrit:
-Le déplacement axial de la masselotte en bout de barre ne suffit pas. Il faut encore pouvoir déplacer déplacer la pale en hauteur (pseudo-tracking) et d'avant en arrière: Pas d'avantage


et ce n'est pas plus facile que d'aller bricoler dans les 2 pales pour equilibrer ?

ce n'est vraiment pas un probleme pour faire ce deplacer une masselotte dans un plan , rien a bidouller , 3 vis de reglage , x , y et z

Jean Claude DEBREYER a écrit:
-Relance par masselotte centrifuge ? Je ne crois pas en cette possibilité. Mais une régulation de régime simple, par action d'une masselotte sur le pas "collectif", devient facile en effet par la suppression de force centrifuge sur ce palier de pas


c'est exactement ce que je dit , a l'instar "des constant speed" , masselote en opposition avec un ressort qui n'est pas chargee de "relancer" le rotor mais de reduire le pas collectif si le regime descend sous un certain seuil et inversement , avec 2 butes de pas mini/maxi ,
et aussi de permettre des lancement beaucoup plus faciles en abordant le roulage plein petit pas , combien se sont plantes en prenant de la vitesse alors que le rotor n'avait pas les tours et ensuite le rotor accelere et le giro saute en l'air d'un coup


Jean Claude DEBREYER a écrit:
Qui s'y colle ? ( Pour moi, il n'y a pas de contre-indication à l'autorotation d'un monopale)


un jour peut-etre mais pas tout seul pour le moment


Dernière édition par Haflinger le Jeu 8 Sep - 13:32 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 13:27 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

c'est quoi cet appareil STP ?
Cros a écrit:
Haflinger, faut arrétter la fumette.... Une hélice monopale ok, un rotor d'hélico monopale ok. Ils sont entrainés de force . Pour l'autorotation de sauvegarde en hélico ça doit fonctionner. Pour un autogire je n'y crois pas du tout........


sympa ,
faudra m'expliquer la nuance entre une autorotation avec un helico et avec un giro , pour la fumette ce n'est pas mon truc et a defaut d'etre le genial inventeur de cette formule je me contenterait d'en etre promotteur , c'est dur d'etre de cette epoque , tout ou presque a deja ete invente en mecanique , mais j'arrive encore a inventer des truc inedits quand meme


Revenir en haut
André Martin


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2008
Messages: 251
Localisation: Québec (Canada)
Masculin 羊 Chèvre

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 14:35 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Si c'est le coût qui vous intéresse: il vaut mieux multiplier le nombre de pales...En effet, pour le même effet, un quatre pales a des pales plus petites et un même poids rotor...Mais fabriquer deux petites pales coûte moins cher qu'une grosse! Faites l'exercice chiffré pour vous en convaincre ou allez fouiller le forum américain. D'autre part, l'expérience indique qu'un "quatre pales" apporte d'autres avantages que la théorie de Jean Claude D. va nier!...(meilleures perf. dans tous les domaines)
_________________
L'avenir de l'autogire c'est le gyrodyne!!!
http://zeeoo.free.fr/forum/index.php?owner=zeeoo
http://www.rotaryforum.com/


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 14:59 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger,
 Vous avez écrit: la frequence serait reduite de moitie , et les vibrations ?  Sans l'antagonisme entre la pale avancante et la reculante il n'en resterait quasiment rien.
Je ne le crois pas, car il m'apparaît que la principale source de vibration des rotors en balancier est d'origine inertielle et non aérodynamique (masse des pales situées au dessus et au dessous de l'axe de balancier mises en mouvement par le battement). Cette source demeure.
Mais nous sommes bien d'accord qu'une régulation du régime, permettrait de travailler à haut Cz (meilleure finesse du rotor) sans risque de voir le rotor caler, et  permet un prélancement aisé. Avez-vous  tête une cinématique simple en vue ? (sans plateau cyclique)




Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 15:10 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

André Martin a écrit:

Si c'est le coût qui vous intéresse: il vaut mieux multiplier le nombre de pales...En effet, pour le même effet, un quatre pales a des pales plus petites et un même poids rotor...Mais fabriquer deux petites pales coûte moins cher qu'une grosse! Faites l'exercice chiffré pour vous en convaincre


Même poids, donc même coût matière. Reste à travailler deux fois plus de longueurs réclamant deux fois plus de précision. Coût main d'oeuvre plus élevé, non?

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:51 (2017)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 567, 68, 69  >
Page 4 sur 69

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com