le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Théorie du rotor d'autogire
Aller à la page: <  1, 2, 331, 32, 3367, 68, 69  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Invité
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 24 Oct - 21:19 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Blévin de Dioù
en vla ben des signes pas ben catholiques


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Oct - 21:19 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Lun 24 Oct - 23:51 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Gérard, En effet, si la poussée du rotor ne passe pas par le C d G, la résultante du rotor, non plus. Je ne fais que revenir aux choses simples que gma semble ignorer pour qu'une fois bien comprises, on puisse montrer ensuite des phénomènes secondaires. Bien sûr, les effets secondaires peuvent être très influents. mais ils faut d'abord pouvoir décoller avant de  s'en préoccuper.

Régis:  Haflinger a parfaitement raison quand il parle de la mouche qui tourne en rond dans le wagon. C'est exactement la même chose: son passage dans le sens de la marche du train ou dans le sens contraire est strictement sans influence sur son vol.

Philippe T:
Je t'envoie mon tableur en message privé dès demain.


Revenir en haut
Invité
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Oct - 07:09 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour,
heu c'est régis qui parlait de mouche dans le train,
plus je lis ce fil moins je vois où l'on va
c'est bien que des gens érudits parlent d'aérodynamique et de mécanique du vol autogire, mais en effet Gérard a raison de dire qu'il ne faut pas que les débutants lisent ce fil en pensant y trouver des explications de ce qu'ils vivent en l'air .
GMA, JC, dites nous si ce sujet suit un quelconque fil conducteur, ou si en effet il sert à jeter des idées pèle mêle auquel cas bien entendu ce ne sera peut être pas la peine que des gens peu au fait des lois de l'aérodynamique cherchent à y apprendre quelque chose .
Bien entendu si il n'y a pas de fil conducteur, cette discussion continuera à concerner les plus érudits d'entre nous et aura toujours sa raison d'être
Blévin de dioù


Revenir en haut
Gérard BEAUDOIN
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Oct - 07:49 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:

Gérard, En effet, si la poussée du rotor ne passe pas par le C d G, la résultante du rotor, non plus.


Voilà maintenant que l'on parle de la poussée du rotor de mieux en mieux.

Gérard

Par pitié: relisez vous avant d’envoyer vos messages



Revenir en haut
Xavier AVERSO


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2009
Messages: 747
Localisation: Toulouse
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 07:58 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Pour réussir dans la vie il faut le bras long et bientot en gyro aussi, je m'explique: le déplacement du manche sans décoller les épaules du siège ( ceinture 4 points ) pour un pilote normale c'est entre 30 et 35 cm ( vous pouvez faire l'essai sur une chaise ) pour piloter en sécurité la tête de rotor doit aller en butée manche avant en position horizontale ( ce qui permet d'arrêter le rotor même s'il y a du vent ) et entre 18 et 24° en butée arrière  (selon la capacité du prélanceur ) en contrôlant au sol en tirant vers le bas  la pale arrière en butée de battement ne touche pas l'hélice ni l'empennage, ce qui nous fait 24°+9°= 33°.
Prenons maintenant l'exemple de l'essai du rotor VR7 testé  décrit dans le post : il était une fois que je rappelle ici.

Aujourd'hui " le centrage "

Dans ces années là j'étais propriétaire  du gyro VW 1835 pales bois avec contre poids extérieures, ce gyro était construit selon les conseils des amis du"Gyro Club du Tarn" et il volait très bien, un jour Yves M.. me demande d'essayer son nouveau rotor composite a profil VR7.
Je change le rotor je m'aligne sur la piste de 800 m de long, je prélançe puis je mets les gas avec beaucoup de prudence puis de plus en plus fort manche secteur arrière ( au ventre ) en attendant la rotation avec la levée de la roue avant....hé hé surprise...je me sent soulevé par l'arrière c'est le train principal qui décolle mais la roue avant reste collé a la piste, j'arrête la procédure, controle du gyro et je reprends l'essai avec le même résultat sauf que j'ai insisté et j'ai fait deux cent mètres les roues arrières en l'air et la roue avant collé à la piste, arrêt du vol et discussion avec Yves M..
L'explication c'est que mon gyro volait correctement centré a 12° piqueur avec mon rotor bois pas très fin et que pour le VR7  plus fin il fallait4/5°...

vous en tirez les conclusions que vous voulez, moi j'ai fait mon boulot.

Je reprends le fils de mon message, si J'avais eu le bras long et le ventre plat en tirant encore 20°de + le gyro décollait complètement mais comme vous l'imaginez le rotor emportait l'hélice et l'empennage, alors arrétez de dire n'importe quoi les butées sont une obligation physique que l'on ne peut pas éviter,
c'est tellement moins dangereux de déplacer la tête de rotor  le centrage c'est sérieux

Xavier


 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
serge
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Oct - 08:59 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour Xavier,
pourrai tu m'éclairer STP, désolé pour mon ignorance,
le rotor bois était moins fin donc il décollait avec 12° de piqueur pas l'autre ?
cela veut t'il dire que quand le rotor n'est pas fin il donne plus de couple cabreur que le fin ?
si c'est le cas il y a t-il peu ou proue une règle de centrage différente pour chaque type de rotor prennent en compte et le profil et la longueur des pales ou bien est-on là encore dans l'expérience et dans le domaine des essais en réel ?
autrement dit le gars qui a un rotor X différent ce celui que tu vas lui fournir, et qui met le tiens que fait t-il dans les faits ?
lui conseilles tu d'adopter un centrage moyen et après d'affiner eu égard aux résultat des essais
bonne journée
serge


Revenir en haut
Xavier AVERSO


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2009
Messages: 747
Localisation: Toulouse
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 09:11 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour Serge, je conseille toujours de mettre de 8 a 12° piqueur appareil suspendu et la bonne côte est souvent 10° a retoucher si nécessaire après essais.

Xavier


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 09:16 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
.....Régis:  Haflinger a parfaitement raison quand il parle de la mouche qui tourne en rond dans le wagon. C'est exactement la même chose: son passage dans le sens de la marche du train ou dans le sens contraire est strictement sans influence sur son vol.....


en fait moi je dis que la mouche n'a pas besoin de se payer un billet de train pour rien et d'etre bloquee a cause d'une greve ou d'un incident technique ,
je dis que la mouche bien assise sur sa bouse ou sa charogne dans nos latitudes tourne deja a 1 180 KM/h autour de la terre , et a 107 220 km/h (en moyenne) autour du soleil en prime , alors quand elle fait le tour de sa bouse a pied ou en vol je te laisse le soin de calculer le chemin qu'elle fait , et ca la derange meme pas , sacree mouche !

moralite si vous voulez etre bien formes , comme instructeur choisissez ........................ une mouche


Revenir en haut
Cros


Hors ligne

Inscrit le: 29 Déc 2010
Messages: 217
Localisation: herault
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 09:22 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour Xavier
Ce qui prouve bien physiquement, que le VR7 à un meilleur rendement que les autres....
_________________
Voir l'invisible et croire l'incroyable, voilà comment réaliser l'impossible.


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 09:33 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

il ne faut pas confondre assiette et incidence
et aussi il ne faut pas confondre assiette et centrage ,
deplacer la tete de rotor sur le chariot ne modifie pas le centrage mais l'assiette , par contre deplacer le pivot du rotor sur la tete est une modification du centrage s'il en est

comme en pendulaire ou en vol libre , on deplace le point d'attache sur l'aile pour changer le centrage , et on deplace le point d'attache sur le chariot ou le harnais pour modifier l'assiette


Dernière édition par Haflinger le Mar 25 Oct - 10:09 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Oct - 09:43 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

....

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 02:38 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 10:24 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Gérard, Désolé pour la coquille. Il fallait lire "la poussée du moteur" et non "la poussée du rotor". Pour ce qui est de la rigueur, a force de vouloir tout prendre en compte on fini par se perdre. Il faut d'abord comprendre les phénomènes principaux. Le reste vient après.  

Régis,
le changement de page m'a fait attribuer ton intervention à un autre. La mouche dans le train est un bon exemple à méditer par gma.

Xavier,  Oui, le "centrage" c'est sérieux, car cela concerne la position neutre du manche et les butées de commande.   Philippe T vient encore de préciser. J'ai dit seulement qu'il n'intervient pas sur l'incidence de vol du rotor.
Je me suis déjà exprimé sur ton décollage prématuré des roues arrières avec rotor "fin". Mon avis était (est encore) que la position inhabituelle du manche avec ce rotor t'a amené à rendre trop la main et décoller à une vitesse plus élevée que nécessaire (avec pour conséquence une assiette fuselage "nez bas").
Jean Claude


Dernière édition par Jean Claude DEBREYER le Mar 25 Oct - 11:11 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
gma hors connex
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 25 Oct - 10:50 (2011)    Sujet du message: théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Cros a écrit:
Bonjour Xavier Ce qui prouve bien physiquement, que le VR7 à un meilleur rendement que les autres....




Bonjour,

Non Michel!, cela prouve que le rotor à un meilleur rendement, pas forcément le profil VR 7.

Pour quantifier les bienfaits du profil seul, il aurait fallu même diamètre, même régime, même plénitude.

Via le diamètre nous aurions eu la même charge alaire, via le régime nous aurions eu les mêmes similitudes, pour la plénitude mêmes coefficients de charge par pale.

Les gains mesurés sur les vitesses auraient été alors directement imputables au profil.  



Pour la mouche dans le train...

Le wagon c'est la terre dans l'espace, la mouche en vol le gyro, le courant d'air de la clim c'est le "mistral". La mouche monte vers Paris Austerlitz, soudain elle fait un 180° magistral...
En l'espace d'un instant elle vient de perdre 10 m/s de vitesse air. Sa résultante aérodynamique est proportionnelle au carré de la vitesse, elle n'a pas la faculté d'augmenter instantanément son C... (régime pour un rotor d'autogire).
En attendant d'acquérir à nouveau ces 10 m/s perdus, que croyez vous que fais son variomètre ?
Mais elle parvient finalement à retrouver cette vitesse, la fin du wagon arrive, elle pivote de 180 ° à nouveau et acquiert, instantanément, 10 m/s de vitesse air...
Elle n'a pas la faculté de réduire instantanément son C (régime pour un rotor)... que croyez vous que fait son variomètre ?


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 11:20 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

gma n'a pas  écrit: "voici la méthode de calcul que j'ai employé pour les 10° que je vous ai affirmé et le régime rotor auquel il faut s'attendre"
Re: Je me refuse donc à le suivre de tous nouveaux sujets .


Dernière édition par Jean Claude DEBREYER le Mar 25 Oct - 11:28 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 11:22 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

gma hors connex a écrit:

Le wagon c'est la terre dans l'espace, la mouche en vol le gyro, le courant d'air de la clim c'est le "mistral". La mouche monte vers Paris Austerlitz, soudain elle fait un 180° magistral...
En l'espace d'un instant elle vient de perdre 10 m/s de vitesse air. Sa résultante aérodynamique est proportionnelle au carré de la vitesse, elle n'a pas la faculté d'augmenter instantanément son C... (régime pour un rotor d'autogire).
En attendant d'acquérir à nouveau ces 10 m/s perdus, que croyez vous que fais son variomètre ?
Mais elle parvient finalement à retrouver cette vitesse, la fin du wagon arrive, elle pivote de 180 ° à nouveau et acquiert, instantanément, 10 m/s de vitesse air...
Elle n'a pas la faculté de réduire instantanément son C (régime pour un rotor)... que croyez vous que fait son variomètre ?


c'est moi ou c'est ....... incomprehensible ?


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:56 (2017)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 331, 32, 3367, 68, 69  >
Page 32 sur 69

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com