le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Théorie du rotor d'autogire
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 767, 68, 69  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 9 Sep - 11:54 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Hello,

Haflinger a écrit:




Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 01:00 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 9 Sep - 11:54 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 9 Sep - 12:11 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

hello,
Jean Claude DEBREYER a écrit:




Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 01:00 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Ven 9 Sep - 12:34 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Je n'ai pas dit que ce cône est centré sur l'axe du moyeu. Ce que je veux dire, c'est que chaque pale parcourt le même cône que l'autre pale (ou les autres) Simplement, pour un tri pales, la vitesse de rotation ces pales,  vue du moyeu, varie légèrement au cours de la rotation, obligeant alors à adopter une articulation de trainée. A noter que si, vu du moyeu, les vitesses de rotation des pales évoluent périodiquement, ce n'est qu'une impression: Vu de l'axe du cône parcouru (différent de quelques petits degrés à cause du battement), les trois pales tournent parfaitement régulièrement.
C'est la même histoire que les obus lancés sur Paris par la "Grosse Bertha" allemande. Pour les artilleurs, ces obus semblaient inexplicablement poussés sur le coté par la force mystérieuse. Coriolis à calculé la force nécessaire. En réalité, cette force n'existe pas: c'était l'objectif (Paris) qui tournait avec la terre pendant le temps du parcours de l'obus et, ainsi, tomber à coté!


Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 9 Sep - 15:57 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Hello

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 01:00 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Ven 9 Sep - 16:05 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

girodreamer a écrit:
bla bla bla
ceci étant je suis choqué de lire ces horreurs sur le gyro, tu as droit de dire ce que tu veux, mais j'ai le droit d'être choqué et les autres aussi
bla bla bla


des horreurs ? ou ca ? des horeurs j'en ai vu c'est exact , mais ecrites ?
je te mets en demeure de me citer

girodreamer a écrit:
bla bla bla
j'attends donc au moins tes idées pour faire avancer les choses,
bla bla bla


faut pas attendre faut lire , j'ai deja parle des choses qui me sont venues a l'esprit

girodreamer a écrit:
bla bla bla
si tu veux lis un peu par exemple le post récapitulation de Cros, tu seras époustouflé par le nombre de recherches expérimentées et testées par ce gars la
.bla bla bla


topic , interressant en effet , en particulier le regulateur , sinon je n'ai pas compris son histoire de cyclique anti-rotatif , ni pourquoi il denie le monopale et se montre insultant ,
je veux bien croire que le monopale soit une impasse mais j'aimerais savoir pourquoi , et pas comme justification que je serait sous l'emprise de la drogue


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Ven 9 Sep - 16:48 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Le monopale peut être intéressant si on fait  varier le pas général. Mais s'il faut en arriver là, l'hélico me semble plus intéressant. Juste un avis personnel.

Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 9 Sep - 22:09 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

hello

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 01:01 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 585
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 09:23 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Bonjour à tous,
 

Il a été dit, dans un autre sujet, que le régime de rotation du rotor d'autogire était fonction inverse de la plénitude dudit rotor, et uniquement fonction de ça…
 

En d'autres termes, on répète :
 

LE REGIME DE ROTATION DU ROTOR EST INVERSEMENT PROPORTIONNEL A LA PLENITUDE… ET UNIQUEMENT CE FACTEUR.
 

Nous savons ça depuis… 1925.
 

Cela veut dire, en français dans le texte…
 

Que pour une plénitude de 1 (disque plein), le régime vaut 0 et nous sommes dans la configuration de l'aile circulaire d'allongement 1,27 telle que testée par Northrop dans les années 50. Les performances du rotor s'apparente à celle du disque plan, c'est-à-dire Cx = 1,27 environ, Cz max à 25° environ, Cx mini à 4° approximativement. Le décrochage (changement de régime d'écoulement pour Jean Claude) intervient un peu après 30°… il est très brutal.
 

Pour une plénitude de 0, le régime serait infini…
 

Actuellement, personne ne sait faire voler un rotor de plénitude inférieure à 0,018. Ces chiffres sont ceux, minimum, du régime hélicoptère avec entrainement par réaction en bout de pale.
Avec un entraînement autorotatif (autogire), il n'est guère possible de descendre en deça de 0,025, ce n'est pas la possibilité de l'entraînement qui est à remettre en cause, mais la capacité de la pale à supporter le coefficient de charge comparativement à son régime (tension par la force centrifuge). Ici, il faut comprendre que plus on descend en plénitude, plus les pales doivent être lourdes (47 kg pour le Djinn).
Dans le fonctionnement en régime hélicoptère entraîné mécaniquement, c'est la contrainte d'entraînement qui limite vers le bas les valeurs de plénitude, elles sont d'ailleurs bien souvent supérieures au minimum aérodynamique nécessaire.
 

Si on regarde le cas autogire, ET UNIQUEMENT LE CAS AUTOGIRE :
 

On constate que la plénitude minimale est imposée par le vol en autorotation verticale (régime minimal). D'ailleurs, vous constaterez sur vos machines que l'autogire décolle (quitte le sol en effet de…) avec un régime rotor sensiblement équivalent à celui de l'autorotation verticale, et ce régime est environ 10% inférieur à celui du vol en croisière…
 

Le calcul de la pale démarre de ce point (régime, dimensions, masse) la plénitude découle de ça et par redondance… le calage puis le profil (dans l'ordre).
 

En autorotation verticale, vous avez donc compris qu'il fallait un Cx rotor maxi (puisque le rotor traîne dans ce régime), donc qu'il faut se rapprocher le plus du Cx du disque plan, puisque c'est celui maxi possible…
En français dans le texte, cela veux dire qu'il faut une plénitude maxi… à contrario… un régime mini (eh oui je sais c'est embêtant).
 

Mais, en vol de translation, à vitesse maxi, vous recherchez le minimum de puissance pour votre machine… donc vous souhaitez que le rotor fonctionne à son Cx mini (voir polaire Eiffel, travaux de Mr Marcel Riffard)…
Cette condition sera assurée si votre rotor travaille à l'incidence mini… se pose alors la question du régime.
Et en translation (régime du moulinet frein), vous constaterez qu'il faut une plénitude minimale (puisque vous souhaitez un régime maxi)… malgré un calage de pale très fort (il y a des objections ?).
 

De ce petit exposé, très succinct, certains ont compris qu'il faut donc en autorotation verticale un petit calage malgré un régime faible tandis qu'en translation, il faut un très fort calage malgré un régime élevé… c'est la contradiction du rotor d'autogire… la source de compromis.
 

Donc une loi de calage pour les pales qui varie en fonction de la vitesse de vol… et non du régime.
 

Vous comprenez maintenant pourquoi tous ceux qui ont réfléchi au problème n'ont jamais eu l'idée du régulateur de pas centrifuge (loi de calage fonction du régime), que ceux qui l'on eu et fait ont fini par abandonner car, et heureusement pour eux, le système contrariait les performances du rotor dans ses frontières.
 

Mais, en 2011, ce constat amer qu'il y a toujours un esprit tordu pour faire revenir cette connerie.
 

En aparté, signalons aussi que si certains quittent le sol grâce à un bon prélanceur et de la vitesse (du badin)… peut être leur rotor n'est pas satisfaisant en autorotation verticale (plénitude insuffisante)… et des soucis sans doute pour reprendre du régime lorsque l'on frise le domaine de vol (petits facteur de charge/basse vitesse)…
 

Mais c'est un problème de conception du rotor… pas un avatar de la formule autogire.
 

Bon vols
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 10:10 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

De ce petit exposé, très succinct, certains ont compris qu'il faut donc en autorotation verticale un petit calage malgré un régime faible tandis qu'en translation, il faut un très fort calage malgré un régime élevé… c'est la contradiction du rotor d'autogire… la source de compromis.


et si je te suis bien , une grande plenitude pour l'autorotation verticale , le lancement ect , et une petite plenitude pour la vitesse en palier.....
on tombe dans la meme problematique que l'avion sauf qu'en avion on a invente les volets , pour le giro ca risque d'etre difficile


Donc une loi de calage pour les pales qui varie en fonction de la vitesse de vol… et non du régime.


les deux sont lies non ? on peut toujours mettre un autre automatisme ou une commande manuelle comme en avion , et avec en plus une loi de plenitude ce qui n'est pas gagne

Vous comprenez maintenant pourquoi tous ceux qui ont réfléchi au problème n'ont jamais eu l'idée du régulateur de pas centrifuge (loi de calage fonction du régime), que ceux qui l'on eu et fait ont fini par abandonner car, et heureusement pour eux, le système contrariait les performances du rotor dans ses frontières.

quand j'ai parle du regulateur centrifuge j'ai bien precise "avec butes mini/maxi" il me semble , pour le lancement et le "relancement" , pas question de laisser un regulateur faire la loi (c'est le cas de le dire) , mais seulement de fixer une sorte d'effet de seuil avec une transition progressive

Mais, en 2011, ce constat amer qu'il y a toujours un esprit tordu pour faire revenir cette connerie.

tordu me gene moins que connerie , les 2 sont des jugement de valeur mais si on peut dire de n'importe qui qu'il est tordu , ce qui entre nous peut etre pris pour un compliment ,
la connerie doit faire la preuve que s'en est une et la ce n'est pas joue d'avance , je suppose qu'on a dit de ca par avance de nombreuses choses y compris de l'invention du giro a l'epoque (a raison ?)


En aparté, signalons aussi que si certains quittent le sol grâce à un bon prélanceur et de la vitesse (du badin)… peut être leur rotor n'est pas satisfaisant en autorotation verticale (plénitude insuffisante)… et des soucis sans doute pour reprendre du régime lorsque l'on frise le domaine de vol (petits facteur de charge/basse vitesse)…


c'est la problematique en effet , bien que personnellement je ne sois pas fan des engins charges et rapides


Mais c'est un problème de conception du rotor… pas un avatar de la formule autogire.

oui , et non peu de versatilite ne fait pas de mal (les helicos a pas fixe sont rares)


Dernière édition par Haflinger le Sam 10 Sep - 12:20 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 10 Sep - 11:54 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

hello,

Dernière édition par girodreamer le Ven 11 Nov - 01:01 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 12:06 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

gma a écrit:
LE REGIME DE ROTATION DU ROTOR EST INVERSEMENT PROPORTIONNEL A LA PLENITUDE… ET UNIQUEMENT CE FACTEUR.


 Uniquement, vraiment...Sauf qu'il dépend aussi du diamètre et du pas!

Revenir en haut
Xavier AVERSO


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2009
Messages: 747
Localisation: Toulouse
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 12:25 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

...et pourtant, il tourne..!!

Xavier  


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 12:40 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

sinon en regardand le premier autogire qu'on ait jamais connu et qui est capable de prendre son vol tout seul sans prelancement simplement en le largant en l'air a l'instar d'un parachutiste il me vient des idees



Revenir en haut
girodreamer
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 10 Sep - 13:32 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

..

Revenir en haut
INEXFRANCE


Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2009
Messages: 89
Localisation: Fayence
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 狗 Chien

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 14:09 (2011)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

A lire vos commentaires il semble que de voir une hélice horizontale tourner vous inquiète et comme le dit justement Mr Xavier Averso  "et pourtant il tourne" cela depuis pas mal d'années, pour ma part je ne serai trop vous conseiller si vous voulez comprendre son fonctionnement d'en faire un en modèle réduit, 1 mètre de diamètre est suffisant, un balancier, un mat de 0.50 mètres tenu à la main face au vent ou en utilisant une voiture.
Profil plat et bombé dessus plus vers le bord d'attaque 25% essayez avec et sans le balancier, varier le pas des pales, et quand il tourne (pas évident) essayez de bouger le mat, vous serez surpris de voir comment réagit ce rotor surtout sans le balancier.
Amusez vous bien !!
A noter que le modèle réduit apporte des solutions bien utile en grandeur. 


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:58 (2017)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 767, 68, 69  >
Page 6 sur 69

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com