le forum de l'autogire Index du Forum

le forum de l'autogire
le forum de l'autogire

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Théorie du rotor d'autogire
Aller à la page: <  1, 2, 359, 60, 6167, 68, 69  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 21 Fév - 20:27 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Comme je  l'ai déjà dit, un raisonnement simple basé sur la seule stabilité statique montre déjà qu'un CdG plus bas que l'axe d'hélice est à proscrire puisqu'il existe toujours une vitesse en dessous de laquelle l'empennage horizontal sera insuffisant. Donc coté cheville çà va encore, merci.

Concernant Houston j'ai eu tort de parler d'erreur de raisonnement, puisque c'est semble-t-il une erreur de résultat due à des données d'entrée fausses (Laine) . Pour ma part, j'avais repéré d'autres erreurs telles que la hauteur du centre de gravité: 0,029m,  tandis que la réalité était : 0,29m, fortement HTL.  Houston m'avait répondu avoir modifié le VPM M16 pour obtenir ce CTL (Faudrait juste 100 kg en haut du mat pour y arriver...)  Et aussi la masse des pales : 8,5 kg au lieu de 18,5 kg. Coquille m'a-t-il dit... Sauf que l'inertie mentionnée des pales correspond bien à 8,5 kg et pas 18,5. Bizarrement personne n'avait encore remarqué.
Et pour finir, "l’événement de la 950 ème seconde" où il y voit une décroissance de l'angle d'attaque du disque provoquant une croissance rapide du régime de 360 à 450 t/mn ! Et il tire de l'enregistrement du battement (7°) que la garde d'hélice ne devait plus être alors que de 5 cm...
Quand la stabilité dynamique à longue période passe avant l'hélice qui menace de passer dans le rotor, tu n'y vois pas une "petite" erreur de priorité?  Je te trouve bien tolérant tout à coup.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 21 Fév - 20:27 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jean Fourcade


Hors ligne

Inscrit le: 02 Nov 2011
Messages: 495
Localisation: Toulouse
Masculin

MessagePosté le: Mar 21 Fév - 21:10 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Concernant Houston j'ai eu tort de parler d'erreur de raisonnement, puisque c'est semble-t-il une erreur de résultat due à des données d'entrée fausses (Laine)

Données d'entrées tellement fausses, que Laine les a utilisées pour produire ses propre résultats ! Un point que manifestement tu ne perçois pas. La vérité est que tu ne comprends rien aux études dont on parle car tu n'as pas le bagage mathématique suffisant et l'humilité voudrait que tu te taises mais c'est manifestement une qualité que tu n'as pas. Fin des messages !
_________________
Visitez mon site


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mar 21 Fév - 23:05 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Tu as raison. Je n'ai pas le bagage mathématique suffisant,  juste assez de bon-sens pour comprendre que l'étude de la stabilité d'un cycliste n'a aucun sens si elle suppose que son guidon est bloqué.  Comme Houston, tes calculs supposent bien que tes gyros ont le manche bloqué, non? Ah...dommage. Car côté math, tu étais plutôt bon.

Revenir en haut
Rotor


Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2008
Messages: 871
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 00:11 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Allo navette Fourcade !? ici Houston... Répondez ! ici Houston... A vous navette Fourcade ! pour Houston...
Merde Chef, on a perdu la navette Fourcade...........................Insistez ! insistez ! je vous dis !!!
Ho Chef !? J'aperçoie la navette GMA en approche de la navette FOURCADE !! NON CHEF !! C'est Horrible !!!
GMA va entrer en collision direct dans le train arrière de la navette Fourcade !!! Ca va être Terrible.....
SLIMCK..........BANG.........BIP-BIP-BIP...... Ecoutez ce Silence Chef ! Comme c'est Beau ! J'ean pleure !!


Revenir en haut
Xavier AVERSO


Hors ligne

Inscrit le: 15 Nov 2009
Messages: 747
Localisation: Toulouse
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 00:13 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

La page 60 clôture ce "feuilleton" ou nous avons compris que chaque professeur a sa propre théorie et qu'il va falloir une fois de plus faire confiance a la pratique, je suis déçu...

Xavier


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 02:43 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Tu as raison. Je n'ai pas le bagage mathématique suffisant,  juste assez de bon-sens pour comprendre que l'étude de la stabilité d'un cycliste n'a aucun sens si elle suppose que son guidon est bloqué.

la stabilite du cycliste guidon bloque est excelente une fois qu'il est etale par terre

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Comme Houston, tes calculs supposent bien que tes gyros ont le manche bloqué, non? Ah...dommage. Car côté math, tu étais plutôt bon.

sinon on pourrait aussi faire le calcul de la stabilite du Controlwing manche bloque

treve de rigolade , tu dis qu'en dessous d'une certaine vitesse le stabilisateur est ineficace , dans la configuration actuelle des giros sans doute , c'est aussi pourquoi je suis partisan d'une profondeur aerodynamique


Revenir en haut
Ventus


Hors ligne

Inscrit le: 21 Oct 2011
Messages: 264
Localisation: Toulouse

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 03:40 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

L'humilité voudrait qu'on ne prenne pas les gens pour des crétins à chaque divergence d'opinion.

Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 559
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 09:41 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Rotor a écrit:
!Allo navette Fourcade !? ici Houston... Répondez ! ici Houston... A vous navette Fourcade ! pour Houston...
Merde Chef, on a perdu la navette Fourcade...........................Insistez ! insistez ! je vous dis !!!
Ho Chef !? J'aperçoie la navette GMA en approche de la navette FOURCADE !! NON CHEF !! C'est Horrible !!!
GMA va entrer en collision direct dans le train arrière de la navette Fourcade !!! Ca va être Terrible.....
SLIMCK..........BANG.........BIP-BIP-BIP...... Ecoutez ce Silence Chef ! Comme c'est Beau ! J'ean pleure !!


... Allo Huston, ici navette gma... on a un probleme... Empennage de profondeur detruit, rotor intact, nous rentrons... puisque le rotor suffit.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
gma


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 2 559
Localisation: Nord de France
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 09:47 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Xavier AVERSO a écrit:
?.La page 60 clôture ce "feuilleton" ou nous avons compris que chaque professeur a sa propre théorie et qu'il va falloir une fois de plus faire confiance a la pratique, je suis déçu...

Xavier


Tu avais visiblement l intention de faire confiance a cette nouvelle theorie du rotor d autogire... Je comprends ta deception. Bah... Remet t en, il reste l ancienne.
_________________
L'inconvénient du plomb dans la cervelle est qu'il provoque, chez certains sujets, des crises de "saturnisme"...


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 12:33 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

 Haflinger,   Tu écris "c'est aussi pourquoi je suis partisan d'une profondeur aerodynamique"
Tu peux préciser ce que tu entends par là ?


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 15:26 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
 Haflinger,   Tu écris "c'est aussi pourquoi je suis partisan d'une profondeur aerodynamique"
Tu peux préciser ce que tu entends par là ?


"Pierre Dac : - Oh ! par là j'entends pas grand-chose !"


je veux dire comme sur un avion , c'est a dire en dechargeant le rotor de la commande de tangage

rotor a la fois trop "puissant" et non stable en incidence ,
les voilures vives non stables ont ete prohibees a chaque fois avec raison et sagesse , pou du ciel et deltaplane par exemple , (a contrario on peut citer le Controlwing qui vole avec une voilure vive sans commande de tangage)
si on ajoute le fait que le rotor supporte mal de perdre des tours il me semble que c'est une voie a re-explorer


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 19:17 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Les gouvernes aérodynamiques  fonctionnent très bien tant que la vitesse est suffisante. Mais l'intérêt de la voilure du gyro étant sa portance à basse vitesse, il serait dommage de manquer d'agilité dans cette plage où il excelle, non?
Peux-tu m'expliquer en quoi des gouvernes aérodynamiques supprimeraient le danger de pertes de tours, tandis qu'un plan fixe ne le ferait pas?
Détrompe-toi: les "Poux du Ciel" ne sont ni instables ni prohibés. De tous les types d'avion que j'ai piloté, je n'ai jamais ressenti autant de quiétude que dans mon "Pou du Ciel" HM 380.



Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Jeu 23 Fév - 03:24 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Les gouvernes aérodynamiques  fonctionnent très bien tant que la vitesse est suffisante. Mais l'intérêt de la voilure du gyro étant sa portance à basse vitesse, il serait dommage de manquer d'agilité dans cette plage où il excelle, non?

le giro n'est pas un helico , c'est un avion un peu paradoxal mais il ne pratique pas le stationnaire

les basses vitesses ? tout d'abord si le giro ralentit il ne s'arrete jamais vraiment puisqu'en autorotation verticale on fait quand meme du 30 km/h , et ca reste quand meme la manoeuvre la plus extreme
le probleme c'est justement "l'agilite" comme tu dis qui amene des situations a risque , alors qu'une gouverne de profondeur peut suffire a couvrir le domaine de vol mais pas sans le vouloir vraiment

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Peux-tu m'expliquer en quoi des gouvernes aérodynamiques supprimeraient le danger de pertes de tours, tandis qu'un plan fixe ne le ferait pas?

supprimer malheureusement non , mais reduire peut-etre bien

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Détrompe-toi: les "Poux du Ciel" ne sont ni instables ni prohibés. De tous les types d'avion que j'ai piloté, je n'ai jamais ressenti autant de quiétude que dans mon "Pou du Ciel" HM 380.

je ne me trompe pas les poux du ciel ont fait des dizaines de morts tout comme les deltaplanes des debut ,
et la faute en incombait a la machine instable aux petits angles

"En accord avec le RAA, le HM-14 n°10 construit par LAMBERT Frères est passé dans la soufflerie de Chalais-Meudon en juillet 1936. Différentes configurations sont essayées, cabane basse ou haute. L'appareil s'avère instable aux centrages précédemment recommandés."
a cette epoque les accidents se succedaient quasiment au rythme des constructions

et malheureusement les problemes n'ont pas completement cesses par la suite , les methodes empiriques ont fait de gros degats

si un pou bien concu est sur , la formule a neanmoins un serieux passif

ca n'est pas une attaque contre la formule , il faut seulement reconnaitre les erreurs commises


Revenir en haut
Jean Claude DEBREYER


Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2008
Messages: 2 665
Localisation: Loir et Cher
Masculin

MessagePosté le: Jeu 23 Fév - 12:48 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Haflinger, 
-Tu ne m'expliques toujours pas en quoi des gouvernes aérodynamiques réduiraient  le danger de pertes de tours, tandis qu'un plan fixe ne le ferait pas.

-Tu écris "une gouverne de profondeur peut suffire a couvrir le domaine de vol mais pas sans le vouloir vraiment"
Si c'est ce que tu penses, çà ne me paraît vraiment pas compliqué ni coûteux à faire. Il te reste à le montrer.

"je ne me trompe pas les poux du ciel ont fait des dizaines de morts tout comme les deltaplanes des debut"
Il y a aussi un lourd passif dans "l'autre aviation", non? Mais c'est vrai, les "Poux du Ciel" et les deltas ont fait des dizaines de mort au début.  C'est que ceux là  n'ont pas bénéficié  de quatre années d'effort de guerre et de lourdes recherches imposées en ces temps difficiles. L'autogire non plus d'ailleurs...(à méditer par certains Consommateurs souhaitant construire leur gyro comme on monte un meuble IKEA).  L'expérimentation est une passion en soi, et cela présente toujours un certain risque. Mieux vaut bien prévoir son coup.


Revenir en haut
Haflinger


Hors ligne

Inscrit le: 16 Aoû 2011
Messages: 1 169

MessagePosté le: Jeu 23 Fév - 15:11 (2012)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire Répondre en citant

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Haflinger, 
-Tu ne m'expliques toujours pas en quoi des gouvernes aérodynamiques réduiraient  le danger de pertes de tours, tandis qu'un plan fixe ne le ferait pas.

ce n'est pas ce que j'ai dit , j'ai dit que de surcroit le rotor etait sensible a la perte de tours , l'idee est que le meilleur moyen de se sortir d'une situation difficile est de ne pas s'y mettre , c'etait au depart la demarche de Mignet avec son pou qu'il voulait refractaire au decrochage et a la vrille ,
tu sais je decollais mon pendulaire "manche libre" par exemple , comme un Controlwing ,
la commande directe en tangage du rotor n'est pas rationnelle a mon point de vue

Jean Claude DEBREYER a écrit:
Si c'est ce que tu penses, çà ne me paraît vraiment pas compliqué ni coûteux à faire. Il te reste à le montrer.

ca n'est pas d'actualite mais peut-etre bien un jour oui , en attendant je souhaite continuer a m'instruire sur le sujet ,
peut-etre que je me trompe , le rotor ne reagit pas vraiment comme une aile avec son battement , ses variations de portance et de regime , ce qui en soit plaide aussi pour le "verouillage" du tangage pour moi


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:48 (2017)    Sujet du message: Théorie du rotor d'autogire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    le forum de l'autogire Index du Forum -> le forum de l'autogire -> le forum de l'autogire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 359, 60, 6167, 68, 69  >
Page 60 sur 69

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com